book en stock·Chronique·Livre·Post apocalyptique

LIVRE : Ravage de René Barjavel

Titre : Ravage
Editions : Folio
Auteur :  René Barjavel 
Nombre de pages :  313 pages
Genre : Science-fiction / Anticipation / Drame
Lu en Novembre 2014
Pitch (Livraddict) :
Paris 2052; dans une France où la Ville prospère , où le Progrès de l’homme éclate, où l’électricité, devenue indispensable, a même remplacé l’agriculture, tout semble possible et l’Homme n’a même plus peur de la mort. Pourtant, après une formidable panne électrique, la ville est brusquement plongée dans le chaos.
Un panique effroyable prend les Parisiens, laissant les hommes en proie à leurs instincts les plus primaires: égoïsme, folie, pillages, tuerie, barbarie…

 Attention, si vous ne l’avez pas lu, il peut y avoir des spoils !!

Mon avis sur le livre : 

J’ai choisi ce livre sur les bons conseils de Cordelia Aime et Sita de la chaîne Do Cats Eat Bats. Je voulais emprunter « le Chuchoteur » de Donato Carrisi à la bibliothèque mais comme celui-ci était déjà sorti, je me suis rabattue sur le Barjavel, qui était mon 2e choix. Le fait de lire autre chose que de la fantasy ou du fantastique me séduisait assez. Je n’avais jamais lu de récit d’apocalypse avant ça et je trouvais ça du coup très intéressant. On est habitués aux films catastrophes de ces dernières années et du coup je me suis demandé si ça pouvait ressembler à ça, à la sauce française. C’est ce deuxième point qui m’a aussi attirée, le fait que
cela se passe en France, à Paris essentiellement, ce qui donne une impression encore plus plausible et réelle que si ça se passe au fin fond des États-Unis. (Si l’on est Français ou Parisien évidemment…)C’est un récit digne d’un film catastrophe, du survival pur.J’ai beaucoup aimé l’intrigue sans concession, il y a du chaos, des hommes et des femmes qui luttent pour leur survie. On ne comprend pas ce qu’il se passe mais il faut survivre, faisant ressortir les pires instincts de l’homme. En fait la seule chose qui m’a gênée dans ce livre c’est la vision très rétrograde que l’auteur avait sur plusieurs aspects. Mais bon, venant de quelqu’un qui écrit depuis années 40, c’est pas très étonnant…________________________________________________________________

L’univers : Nous nous retrouvons au milieu du XXIe siècle, dans un Paris à la fois familier et complètement… bizarre. Le livre ayant été écrit en 1942, on y voit la version fantasmée du futur d’un homme du milieu du XXe siècle, en pleine seconde guerre mondiale. 

La première partie du livre qui se passe encore au moment où tout va bien dépeint une société française et la technologie qui ont bien évolué. Les voitures voitures marchent à la quintessence, tout marche à l’électricité, les vêtements tiennent grâce à des coutures magnétiques, il y a un trafic aérien incessant dans le ciel de Paris avec des avions qui peuvent décoller et atterrir à la verticale. Il y a des trains Quimper – Vladivostok en quelques heures, des robinets de lait dans toutes les maisons (<3 j’adore l’idée !!) mais aussi des Conservatoires : c’est à dire des pièces sous vide à l’intérieur de chaque foyer où l’on conserve ses morts…
L’agriculture a été totalement rationalisée et optimisée, presque plus rien ne pousse dans le sol à par chez d’irréductibles paysans du sud de la France.

On y voit donc un monde assez différent du nôtre mais avec des éléments similaires (l’agriculture, les smartphones, l’électricité etc)

La géopolitique de ce monde dépeint est complètement différent lui aussi mais n’a pas beaucoup d’importance pour la suite de l’histoire. Après tout, après la catastrophe, tout le monde se contrefiche de la géopolitique mondiale… Mais on ne sait pas si le problème ne touche que la France ou le monde entier et si ça ne concerne que la France…

Les personnages : Les personnages principaux sont François, un jeune ingénieur agronome à Paris et Blanche, son amie d’enfance qui veut devenir chanteuse au début du récit. Lui rêve d’épouser son amie d’enfance et revenir à une vie simple, et elle rêve de célébrité, de vedettariat. Elle a du talent, une voix en or, et veut aller loin. Elle a de l’ambition. Mais François ne rentre pas dans son plan. Elle se fiance donc avec un autre (son producteur) pour atteindre son but.
Mais les choses vont faire que leurs projets de vie qu’ils avaient vont complètement être mis en pièce.
J’avais un peu de sympathie pour François au début mais j’avoue que ça s’est estompé au fur et à mesure. A partir du moment où il est mécontent du fait que Blanche ne l’aime pas vraiment et veut autre chose que lui, il a une réaction qui moi m’a choquée : il veut « la remettre dans le droit chemin » et la battre pour qu’elle retrouve ses esprits… euuuuh ouais non ! 
Et au fil du récit, François va prendre de plus en plus d’importance, devenir le chef de file d’un petit nombre de survivants qu’il va tenter de mener dans le sud de la France pour les sauver. Il devient de moins en moins humain, plus froid, plus sec, sans pitié pour sauver le groupe, sans états d’âme. Évidemment Blanche tombe amoureuse de lui et lui fait 17 enfants à la fin…
Les autres personnages viennent et meurent, c’est la dure loi de la survie après une catastrophe à l’échelle planétaire (d’ailleurs on ne sait pas si c’est juste la France ou plus large…)

Les femmes ne sont que secondaires, passives. Blanche se plie à la volonté de François sans aucune discussion, l’une d’elle est enceinte et accouche de son bébé dans les pires conditions possibles. Aucune ne prend d’initiative, ne se rebelle, ne se défend. Sans doute est-ce du au contexte de l’écrivain ?

L’intrigue : C’est ce que j’ai préféré dans le livre. Le cataclysme et la gestion du post apo, le chaos généralisé, comment les gens font pour survivre, quelle décision prennent-ils, etc. Les épreuves sont nombreuses et effrayantes. Paris et la région parisienne ne sont qu’une vaste fournaise. Il n’y a plus de vivres, plus rien ne fonctionne, pas de cachette. On est menacés par les pillages, les gens qui ont faim, qui sont terrifiés. Plus de solidarité etc. C’est terrifiant. Les gens s’entretuent pour un crouton de pain, pour un peu d’eau. Les priorités sont complètement retournées et plus rien n’est comme avant.
Il y a juste la toute fin qui m’a déçue et qui ne m’a pas du tout plu.  Les personnages réussissent à atteindre le sud est de la France et une nouvelle société nait sur les cendres de l’ancienne. On revient aux fondamentaux, c’est à dire une bonne petite société patriarcale. Il y a plus de femmes que d’hommes, alors hop ! Polygamie pour tout le monde ! Il faut repeupler la terre, alors les femmes, faites des gosses, on a besoin de main d’œuvre ! Retour à la terre et à l’agriculture. On brûle les livres et la connaissance pour ne pas tenter les autres par le progrès. Nul besoin d’apprendre à lire, juste à compter, on n’a besoin que de ça quand on gère une ferme… François devient Patriarche et vit jusqu’à plus de 120 ans et a eu plus de 200 enfants. Pitié quoi !
Autant dire que cette société « idéale » m’a fait grincer des dents.

Le ton / le style : Le livre se lit très bien et plutôt vite. Bien écrit, on est happé par le récit et tout ce qu’il se passe.

_________________________________________________________________

On aime : l’intrigue apocalyptique qui retourne tous nos repères comme une crêpe et on ne peut s’empêcher de se demander comment on réagirait dans un scénario de ce genre. Est-ce que j’aurai été piller les magasins ? Est-ce que j’aurai tué ? Est-ce que je me serai suicidé pour éviter de vivre tout ça ? Est-ce que j’aurai été héroïque ?
La vision de ce Paris du futur (ou du futur antérieur lol) qui est très intéressante, marrante des fois, et dépaysante. J’ai adoré les robinets de lait dans les maisons (j’en veux un !)

On regrette : la vision très patriarcale, rétrograde, passéiste sur certains aspects du récit (les femmes pures figurantes, la vision géopolitique du monde), et puis cette fin !!! brrr mes dents en grincent encore !
Conclusion : Un récit palpitant malgré de gros points noirs en ce qui me concerne. La vision du post-apocalyptique chaotique est saisissante, d’autant plus qu’on s’identifie facilement puisque ça se passe dans Paris et la région parisienne, une région que je connais bien puisque j’y suis née.
Voilà ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé si vous l’avez lu !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s