book en stock·Chronique·historique

LIVRE : Outlander tome 1 – Le Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon [SPOILERS]

Titre : Outlander – Le Chardon et le Tartan
Editions : J’ai Lu
Auteur : Diana Gabaldon
Année : 1991 (2014 pour cette édition)
Nombre de pages : 852 pages
Genre : Romance / Historique / Aventure
Lu en décembre 2014Pitch (Livraddict) : Au cours d’une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d’un menhir. Elle s’en approche et c’est alors que l’incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L’Ecosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l’occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d’intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l’aventure et les périls, l’amour et la passion. Jusqu’au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu’elle aura découvert et le bonheur qu’elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain…La saga Outlander :

Tome 1. Le Chardon et le Tartan
Tome 2. Le Talisman
Tome 3. Le Voyage
Tome 4. Les Tambours de l’Automne
Tome 5 – Partie 1. La Croix de Feu
Tome 5 – Partie 2. Le Temps des Rêves
Tome 6 – Partie 1. Un Tourbillon de Neige et de Cendre
Tome 6 – Partie 2. Les canons de la liberté
Tome 7. L’écho des cœurs lointains – Partie 1 : Le prix de l’indépendance
Tome 7. L’écho des cœurs lointains – Partie 2 : Les fils de la liberté

Attention, si vous n’avez pas lu ce tome, il risque d’y avoir quelques spoilers ! Vous voilà prévenus !

Pour info, je suis une amoureuse inconditionnelle de l’Écosse. C’est un pays, des paysages, une ambiance si particulière que j’adore. J’ai déjà eu la chance d’y aller plusieurs fois et c’est toujours un endroit qui me donne des frissons.
Alors inutile de vous dire que lorsque j’ai appris l’existence de la série Outlander puis du livre (dans ce sens-là) je me suis empressée de la voir pour l’une et le lire pour l’autre.

Cependant, j’avais eu des avis assez divergents concernant la série et le livre mais je voulais vraiment me faire mon propre avis. D’autant que l’on m’attendait pour la lecture commune du tome 2 avant que je commence le premier… C’est donc dans ce contexte que j’ai entamé la lecture du 1er tome d’Outlander.

 

Mon avis sur le livre :

C’est une brique ! 853 pages ! J’ai rarement lu des livres de cette taille-là et en sachant que je lis généralement un livre de 350-400 pages en un mois, je me demandais comment j’allais faire pour le finir à temps pour ma lecture commune.
J’ai été étonnée de le finir en 3 semaines ! La lecture est rapide, facile, malgré la taille du pavé. On est facilement happé par l’histoire et les personnages et les pages se tournent à une vitesse fulgurante.
Ce fut une lecture très agréable et captivante et par moments il m’a été difficile de laisser le livre pour faire ce que j’avais à faire tous les jours !
 

Toutefois, il y a des éléments qui m’ont un peu énervée pendant ma lecture ou que je n’ai pas compris, qui m’ont semblé un peu inadéquats ou pas très cohérents, notamment dans les réactions ou agissements des personnages.

Pour le résumer, je dirai qu’il s’agit d’un roman de romance plus élaboré et fouillé qu’un simple Harlequin, mais la romance y est prépondérante.

L’univers : Les Highlands, l’Écosse, les kilts, les Glens, les châteaux… que dire de plus ? C’est dépaysant, c’est fascinant, c’est captivant. Surtout en connaissant un peu les Glens pour y avoir déjà été, les détails de l’histoire écossaise (Culloden, Bonnie Prince Charlie etc.) On est complètement plongé dans cet univers du XVIIIe siècle écossais, dans ses coutumes et ses superstitions, même si le contexte historique n’est que prétexte et décor à l’histoire d’amour et pas un élément principal du récit. L’auteur a également mis beaucoup de soin et de travail pour détailler toute la pharmacopée et les plantes médicinales ainsi que les connaissances médicales de l’époque ce qui est plutôt appréciable et une bonne surprise.

Les personnages : ATTENTION Y A DU SPOIL !

Claire et Jamie, les deux personnages principaux sont très attachants. Claire est une forte tête, déjà pas une femme commune pour les années 40 et c’est assez agréable de suivre l’histoire à travers ses yeux car elle est également la narratrice qui parle à la 1e personne. Jamie est tout ce qu’on peut imaginer et idéaliser du « love interest », highlander, beau, grand, roux, un fantasme sur pattes. Du coup je dois dire que j’ai succombé à son charme XD (oui je suis faible)
Par contre, j’ai trouvé qu’il était un peu trop… bla bla dans certaines circonstances. Il y a des moments où il raconte sa vie de manière un peu artificielle et j’ai eu plus l’impression que l’auteur avait absolument besoin de placer ces informations quelque part et qu’elle n’a pas trouvé meilleure solution.
Néanmoins il y a des actions ou des réactions de ces personnages qui m’ont un peu fait grincer des dents ou d’autres que je n’ai pas vraiment trouvé cohérentes.

Évidemment Claire manque de se faire violer tout le temps (on sait que c’est une époque troublée mais bon), Jamie lui inflige une « correction » qui ferait voir rouge à n’importe quelle femme de notre époque (alors qu’on le décrit comme doux, prévenant et respectueux) J’ai compris le pourquoi de cette scène-ci mais bon, je ne peux que ne pas être d’accord avec…

Je n’ai pas vraiment senti Claire plus impliquée ni plus paniquée que ça par sa situation ni dans ses recherches pour retourner à son époque. Il y a un moment du livre où son ancien mari, Frank disparait totalement de ses pensées et du livre lui-même, bien avant qu’elle ne choisisse Jamie… Je suis d’ailleurs bien contente que dans la série ce personnage de Frank soit plus présent dans la recherche de sa femme disparue, chose totalement absente du livre.

Et parlons de Black Jack Randall, le « méchant » de l’histoire… Je n’y ai pas vraiment cru à ce personnage. Je ne sais pas ce qu’ils vont choisir de faire dans la série, mais j’espère qu’ils se détacheront un peu du livre parce que j’ai trouvé ce personnage (et les raisons de ses agissements) assez peu crédible, en plus de peindre un personnage homosexuel donc forcément refoulé/pas assumé/ sadique et méchant. J’ai été frustrée de voir qu’il mourrait de façon complètement débile, là, au détour d’une phrase, (au fait il est mort…) tout ça pour ça…

A côté de cela, j’ai beaucoup aimé les personnages secondaires : Dougal et Collum MacKenzi, Geillis Duncan, Murtagh…

L’intrigue : Les deux premiers tiers du livre étaient passionnants. Le fait que Claire soit une infirmière de la WW2 donne une teinte particulière à ce voyage dans le temps. On a toujours l’habitude que ce soit quelqu’un de notre époque, génération qui subisse ce voyage dans le temps. Du coup une femme des années 40, un peu borderline déjà pour son époque, ça donne une optique assez intéressante. La découverte du XVIIIe siècle écossais est bien amené mais j’aurai voulu peut être voir un peu plus de faits historiques. J’ai trouvé aussi que Claire s’adapte plutôt assez (trop ?) facilement. Du coup j’attendais peut être un peu plus d’anachronismes de la part de Claire ou de voir plus de différence par rapport aux deux époques…

Autant les deux premiers tiers du livre m’ont passionnée, autant le dernier tiers m’a un peu déstabilisée. Je n’ai pas compris l’intérêt de ce que subit Jamie dans ce dernier tiers sans en dire plus… J’aimerai bien en discuter avec ceux et celles qui l’ont lu car je ne sais pas du tout comment l’analyser et quoi penser de ce dernier tiers…

Le ton / le style : La prose est très fluide, ça se lit vraiment très bien. J’ai aimé qu’il y ait beaucoup de dialogues ce qui a fluidifié et rythmé la narration et ma lecture.

J’ai aussi apprécié les scènes de sexe qui sont écrites du point de vue féminin ce qui est assez rafraichissant, et également le fait qu’il y en ait eu plus que ce à quoi je m’attendais. 🙂
 

_________________________________________________________________

En résumé : C’est une lecture agréable et pleines de surprises (bonnes comme mauvaises) Malgré toutes mes réserves, j’ai très envie de connaître la suite et j’ai déjà commencé le tome 2. En outre, ça m’a donné également envie de réouvrir mes livres sur l’histoire écossaise et des Highlands et revoir ce qu’ils racontent du soulèvement jacobite et de la bataille de Culloden. Sans parler l’envie de revoir les Highlands ! (Écosse, tu me manques !)

On aime : les deux époques de l’intrigue, l’Écosse et ses Highlands, Claire et Jamie, la plupart du temps, les personnages secondaires, le voyage dans le temps qui malgré tout n’a pas été exploité à 100%

On regrette : Certaines incohérences ou stéréotypes employés, un background historique un peu survolé malheureusement, même si j’ai l’impression que le tome 2 est plus historique, lui. La sous-exploitation du personnage de Frank Randall (le mari de Claire), sans parler de Black Jack Randall qui aurait pu être mieux pensé, écrit ou exploité.

Conclusion : Une lecture à ne pas mettre dans toutes les mains ni à tous les âges à cause de scènes de viols assez barbares quand même, mais une lecture agréable qui raviront les adeptes de romances historiques, de highlanders mystérieux et sexy, de femmes déterminées… En tout cas j’ai hâte de voir ce qu’ils vont en faire dans la série, ce qu’ils vont suivre, adapter, laisser de côté…

Je conseillerai fortement pour les plus forts en anglais d’entre vous de regarder la vidéo de Vaginal Fantasy, le Romance book club de Felica Day, Veronica Belmont, Bonnie Burton et Kiala Kazebee où elles parlent de ce tome de Outlander. Je trouve qu’elles ont plutôt bien cerné le livre et ont eu globalement le même genre de réactions que moi.

Je vous mets la vidéo là dessous

Publicités

6 réflexions au sujet de « LIVRE : Outlander tome 1 – Le Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon [SPOILERS] »

  1. salut, j'aime bien ton commentaire du tome 1; moi aussi en lisant le personnage de black jack je me suis dis que Diana Gabaldon a vraiment forcé le trait négatif de ce personnage. Mais je pense que c'était juste un kiffe pour cette dernière. Je l'ai vu en interview et j'ai l'impression qu'elle s'est juste amusée à torturer plus ou moins ses personnages. Et peut-être qu'elle a fait subir à Jaimie tout çà pour rééquilibrer le fait qu'il ait violenté Claire auparavant. C'est un peu fort c'est vrai, mais je dis que çà fait 1 point partout lol!

    J'aime

  2. Coucou ! Ah ! Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à avoir été embêtée avec ce personnage !
    Chaque écrivain aime bien torturer ses personnages. Après tout, s'ils ne traverseraient pas les pires tourments et épreuves, il n'y aurait pas d'histoire ! XD
    Mais bon, subir ce que Jamie subit parce qu'il a donné la fessée à Claire :/ Oui c'est un peu fort ! XD Mais bon c'est peut être l'explication la plus plausible que j'ai eu jusqu'à maintenant ! XD
    Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 ❤

    J'aime

  3. *********************************
    *** Attention, spoiler alert ***
    *********************************

    Pour rebondir sur les deux commentaires précédents, j'ai envie de dire que Jamie a quand même un rapport très intime à la douleur tout au long du bouquin, sur sa façon de la donner, de la recevoir et son rapport à l'amour et à la punition. Plus d'une fois, on lit qu'il aime faire souffrir et jouer le substitut quand quelqu'un doit prendre des coups.
    En fait, je trouve que Jamie est un personnage avec une dimension christique très forte. Et les scènes des derniers chapitres à l'abbaye m'ont vraiment confortée dans cette idée.

    Bon ceci dit, je trouve que cette idée est mieux amenée dans Kushiel, parce que le problème est posé d'emblée, sans chercher à se fondre dans un contexte historique. Le personnage aime souffrir en amour et dans ses rapports intimes. Elle prend même du plaisir à faire du mal moralement, parce qu'elle sait qu'elle va en subir les conséquences aussi. Elle est à fond dedans et ce n’est qu'au fil des tomes que Phèdre évolue et découvre toutes les formes de l'amour et arrive à faire co-habiter ses deux penchants.

    *****************************
    *** Fin du spoiler alert ***
    *****************************

    Sinon, j'ai trouvé ce tome plutôt décousu pour à peu près les mêmes raisons que toi. Les passages qui auraient pu se rattacher à un contexte historique ou folfklorique sont vite balayés pour se focaliser exclusivement sur la romance (qui pèche un peu parfois dans sa cohérence temps/action). Et le personnage de Black Jack Randall… Mwé… C'est le stéréotype du méchant que tu sais qu'il sera très méchant. Son parcours ne m'a beaucoup étonné, mais c’est quand même un gros taré.

    Mais ça reste assez addictif ! J'ai une petite préférence pour la VO (même si je continue en VF), parce que les répliques des écossais essaient de mimer l'accent. Ça manque un peu dans la VF pour le côté immersif, mais ça marche quand même 🙂

    J'aime

  4. Salut Anassete !

    Je n'avais pas analysé jusque là Jamie mais il y a du vrai dans ce que tu dis, son rapport à la douleur, et à l'amour, sa dimension quasiment christique dans certaines situations, maintenant que tu le mentionnes, ça parait assez évident.

    Oui on a eu le même genre de réaction face à ce tome 1. C'était décousu, le perso de Randall qui laisse… meh, quelques points noirs qui n'ont pas empêché ce livre d'être un page turner et complètement addictif.
    J'avoue que c'est une des caractéristiques que j'aime dans la série, pouvoir profiter de l'accent écossais « en live » contrairement au livre en vf évidemment. Je n'ose pas lire la VO, j'ai peur que niveau de langage, ce soit assez difficile… Tu l'as trouvé difficile à lire en anglais toi ?

    En tout cas, merci pour ton commentaire 🙂

    J'aime

  5. Bon après, mon autre spéculation, c'est que Jamie devrait être mort et que Claire en le sauvant a changé le cours du temps. Mais comme on le voit souvent dans les scénarii avec les voyages dans le temps, le temps essaie de reprendre son cours normal donc Jamie aurait autant de malchance parce que le temps essaierait de le tuer malgré tout… Un peu tiré par les cheveux, mais ça s'ets déjà vu dans des films « xD
    (je n'en suis qu'à la moitié du 2 pour le moment, donc ça se trouve ma théorie est foireuse)

    Comme je lis régulièrement en anglais -et que je sortais de lectures qui te prenaient bien la tête (Dickens et Hobb)-, le Diana Gabaldon est passé crème.
    Mais sinon, ça dépend si tu as l'habitude de lire en anglais régulièrement. Des lectures fantasy, ça devrait suffisant pour l'aborder. Je dirai que c'est d'un niveau d'anglais au-dessus qu'un tome de The Wheel of Time (et encore c’est kiff-kiff). Donc il faut être familiarisé avec l'anglais courant, les descriptions, etc. Mais je l'ai trouvé bien plus facile à lire que The Name of The Wind de Rothfuss, et moins complexe au niveau du vocabulaire qu'un Robin Hobb. Faut quand même rentrer dedans et s'habituer au style de l'auteur pour prendre ses marques sur les 5-10 premières pages au départ quand tu commences le tome 1.
    Pour les passages en écossais, j'ai eu un peu peur au début, mais en fait ça reste très compréhensible. Faut juste retenir quelques termes comme lad / lassie, ne pas buter sur les mots un peu mangés. Mais si tu suis déjà la série, tu devrais t'y retrouver 🙂

    De mon côté, à part quelques mots techniques comme ceux des plantes, les mots inconnus sont faciles à déduire. Pour le coup, je trouve que le traducteur rend plutôt bien le style de l'auteur.

    J'aime

  6. Hmm c'est pas bête comme idée. Ca aurait été vachement intéressant. Malheureusement je n'ai pas l'impression que les subtilités du voyage dans le temps (weebly wobley timey wimey…) ne sont pas des éléments d'intrigue qu'utilise l'auteur. Claire a remonté le temps, point. Que l'espace temps essaye de remettre en ordre les choses, ça aurait été intéressant mais vu que l'accent est mis sur la romance…

    Pour ce qui est de l'anglais, je lis un peu (j'ai lu les Harry Potter et d'autres livres aussi) mais c'est tout. Je n'ai pas osé lire les Robin Hobb ou GRR Martin en anglais dans le texte, on m'a dit que c'était quand même assez soutenu… Mais bon, pourquoi ne pas tester.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s