book en stock·Chronique·historique·Livre

LIVRE : Outlander tome 2 – Le Talisman de Diana Gabaldon [SPOILERS]

Titre : Outlander – Le Talisman
Editions : J’ai Lu
Auteur :  Diana Gabaldon
Année :  1991 (2015 pour cette édition)
Nombre de pages :  957 pages
Genre : Romance / Historique / Aventure
Lu en janvier/février 2015

Pitch (Livraddict) : Là, elle révèle à Brianna l’incroyable secret qu’elle n’a jamais dévoilé depuis qu’elle fut retrouvée inanimée auprès d’un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d’une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l’Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l’Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu’elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d’Ecosse et d’Angleterre, venu solliciter l’appui de son cousin Louis XV. Leur objectif : décourager ses tentatives d’accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d’une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l’Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu’on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.

La saga Outlander :

Tome 1. Le Chardon et le Tartan
Tome 2. Le Talisman
Tome 3. Le Voyage
Tome 4. Les Tambours de l’Automne
Tome 5 – Partie 1. La Croix de Feu
Tome 5 – Partie 2. Le Temps des Rêves
Tome 6 – Partie 1. Un Tourbillon de Neige et de Cendre
Tome 6 – Partie 2. Les canons de la liberté
Tome 7. L’écho des cœurs lointains – Partie 1 : Le prix de l’indépendance

Tome 7. L’écho des cœurs lointains – Partie 2 : Les fils de la liberté

Mon avis sur le livre :

J’ai longtemps hésité entre faire une chronique « spoilers-free » ou une review qui en contient, mais j’allais avoir du mal à parler de ce qui m’a gêné ou ce que j’ai apprécié sans rentrer dans le vif du sujet.

Pour ceux et celles qui aimeraient lire une chronique sans spoils, je vous invite donc à ne pas lire plus bas et pourquoi pas, lire les chroniques de mes copines de lecture commune et leurs chroniques respectives : Lilibouquine et Bulledop-bouquine. Je préfère éviter tout désagrément. Vous voilà donc prévenus !

Nous avons également fait un liveshow à propos de Outlander spoilers-free que vous pouvez retrouver ci-dessous :

Alors rentrons dans le vif du sujet, shall we ?

Ah la la ! Ça va être compliqué d’écrire une chronique sur ce livre, tant mes impressions ont joué les montagnes russes…
J’ai fait cette lecture en commun avec Allison de Lilibouquine et Emilie de Bulledop.  J’ai enchainé ce tome 2 après le tome 1 lu en décembre. Ça a été donc le grand chelem ! J’ai mis plus de temps que prévu et terminé le livre dimanche 15 février. C’est donc un avis tout chaud que je vous propose.

Ma lecture : Globalement, ça a été un peu plus difficile que pour le premier tome. C’est une plus grosse brique que le roman précédent (957 pages). Le livre se lit toujours vite, certes, mais il m’a moins accroché que le tome 1. Les 2/3 du livre m’ont assez ennuyée et désintéressée. La raison ? J’ai été complètement déboussolée par le début.
En effet, le livre s’ouvre en 1968 où l’on retrouve Claire et sa fille Brianna qui font un retour en Écosse après la mort de son mari Frank Randall, afin de faire un retour aux sources. Je vous rappelle que nous avions quitté Claire et Jamie toujours en 1744… Autant vous dire que j’ai été déstabilisée par ce grand écart au premier abord. Mais bon après, pourquoi pas ? C’est un choix d’écrivain tout à fait valable.

Or, toute la première partie de ce roman se passe à Paris, à la cour de Louis XV. Après les événements de la fin du tome 1, le couple s’enfuit en France pour la convalescence de Jamie mais aussi parce que ce dernier est toujours en cavale, accusé de meurtre et recherché par tous les britons. Le temps passe, le ventre de Claire s’arrondit, les intrigues autour des Jacobites et du Prince Charles Edouard Stuart se font et se défont…
Tout ce background historique m’avait manqué dans le premier tome et j’étais donc plutôt contente de voir que c’était plus développé dans ce roman-ci. Toutefois, j’ai trouvé toute cette partie assez chaotique, sans réelle cohérence ou structure. Les séquences s’enchaînent et donnent un effet plus de « quotidienneté » et de routine qu’un roman d’intrigues d’alcôves palpitant.
Une nouvelle fois, le « turning point » est un viol (encore…) cela devient redondant…
L’Écosse m’a terriblement manqué dans cette première partie et cette description de la vie parisienne et des intrigues de la cour m’a quelque peu désintéressée du fait de sa superficialité.

Heureusement, la deuxième partie m’a rassurée puisque nos personnages retournent au pays des glens et des lochs. On se retrouve en terrain connu et apprécié, avec des highlanders ombrageux et sanguins, francs du collier et calculateurs, sous la pluie et dans le froid.

Toutefois je retiens surtout la fin qui m’a fait m’accrocher au livre et tourner les pages de manière frénétique ! (et je peux vous dire que c’était pas gagné d’avance !) Je me tairais sur cette fin pour ne pas gâcher votre lecture mais sachez qu’elle m’a donné envie d’acheter le tome suivant alors que 200 pages avant, j’allais abandonner la série… C’est vous dire !

L’univers : Nous sommes dans un roman historique, où la seule facette fantastique est le voyage dans le temps de Claire. Mis à part ça, c’est un livre historique tout à fait normal. Hormis l’introduction qui se déroule en 1968, nous nous retrouvons essentiellement au XVIIIe siècle, tout d’abord en France puis en Écosse. Comme je le disais la moitié du livre se déroule à Paris et à la cour de Louis XV. Malgré la familiarité de cet univers-ci, je l’ai trouvé assez survolé, peu approfondi, très cliché. Je ne sais pas pourquoi mais les noms des personnages français m’ont semblé un peu « off »
La seconde partie traite de l’avancée des Jacobites sous la bannière de Bonnie Prince Charlie et se conclue par la terrifiante bataille de Culloden.

Les personnages :  ATTENTION Y A DU SPOIL !
Nous retrouvons donc Claire et Jamie qui sont en couple et mariés depuis quelques temps maintenant. Ils gagnent en maturité, ils ont appris à se connaitre et s’aiment passionnément. Jamie s’occupe des affaires de son cousin et se découvre bon homme d’affaires. Claire, de son côté, est cantonnée à être femme d’intérieur, voir ses amies, organiser des soirées, on est loin de la femme forte du premier tome.
D’ailleurs je n’ai pas reconnu (ni aimé) les Jamie et Claire de ce début de roman. J’ai trouvé Jamie pas très raccord avec son caractère dépeint dans le 1er tome. Je l’ai même trouvé vulgaire dans ses propos à certains moments, ce à quoi il ne nous avait pas habitué. Claire est reléguée à l’arrière plan, sans doute pour coller à l’image de la femme française bourgeoise ou noble de ce siècle-ci. Mais du coup on est loin de la Claire du « Chardon et du Tartan ».
Heureusement, celle-ci décide de s’occuper l’esprit en s’engageant en tant que guérisseuse à l’hôpital des Anges où elle soigne le peuple, les sujets lambdas du royaume.
J’ai également apprécié que Claire fasse un peu plus appel à son expérience de femme des 40’s et de son voyage dans le temps, même si je trouve que c’est toujours sous-exploité (mais bon après tout, ce n’est pas l’élément principal de ce roman !) Car mis à part les principes de salubrité, d’hygiène sanitaire et le fait de savoir que Culloden va être une boucherie… y a pas grand chose de plus.On découvre de nouveaux personnages : Mary Hawkins, Alex Randall, et surtout Charles Edouard Stuart. Diana Gabaldon nous dépeint un Bonnie Prince Charlie loin des images d’Epinal et ce qu’on voit sur les boites de shortbreads et les portraits d’époque. C’est un jeune homme capricieux, loin des tourments réels de son peuple qu’il prétend représenter, surtout préoccupé par son héritage, ses intérêts et ce qui lui revient de droit. C’est un aristocrate qui prend ce qu’il estime être sien et qui ronge son frein en attendant des fonds qu’on ne fait que lui promettre.

Oui oui c’est lui…

Et puis il y a Randall… Jonathan « Black Jack » Randall… Celui qu’on croyait mort à la fin du tome 1 (oui je sais c’est du spoil ! mais je vous avais prévenus ! ^^)
Mon gros problème dans cette saga. 
Alors oui, honnêtement, j’ai quand même été (agréablement) surprise de le voir réapparaitre et j’espérais beaucoup pour la suite.
Ici, toujours pas d’explications cohérentes sur la construction psychique de ce personnage (comprendre son caractère et pourquoi il agit comme il le fait). On nous présente Alex, personnage attachant, tout en bonté ; son jeune frère avec qui on avait compris qu’il avait une relation forte (voire incestueuse ?) et là rien. Pas d’explications, pas d’indices… On nous laisse sur notre faim et notre incompréhension, sur des notes d’incohérence. Toutefois cette relation fraternelle Alex / Jonathan donne une facette plus humaine à ce personnage jusque-là détestable.

L’intrigue : Ce tome-ci tourne essentiellement autour de la révolte jacobite. Ce qui est un bon point puisque c’est ce qui m’avait manqué dans le tome 1. Le prince Charles Edouard coincé sur le continent à attendre que ses cousins, roi de France et d’Espagne, respectent leurs paroles et lui donnent les financements qu’ils lui ont promis, et dont il a besoin pour récupérer le trône d’Ecosse et renverser celui d’Angleterre. Évidemment ces derniers n’ont pas vraiment l’intention d’envoyer l’argent escompté et font traîner les choses en longueur, l’abreuvant de promesses qu’ils ne tiendront jamais.
De l’autre côté, il y a les personnages qui jouent sur les deux tableaux, histoire de se prononcer  pour un côté ou de l’autre lorsque le vent commencera à tourner dans un sens ou dans l’autre.
Ce côté historique est plutôt bien dépeint et donne une certaine profondeur à l’intrigue.

Jamie et Claire de leur côté tentent un contre la montre, changer le cours de l’histoire ! (rien que ça) avec les maigres renseignements qu’a pu apportés Claire de ses souvenirs d’histoire. Mais j’ai regretté que ce point n’ait pas été plus accentué, pour faire ressortir la tragédie et les enjeux. D’ailleurs les conséquences historiques, économiques, géographiques de « et si les Écossais avait gagné à Culloden ? » n’ont jamais effleuré les protagonistes, ni Claire qui pourtant connait l’histoire et ce qu’il s’est passé après. Peut-on remettre en cause l’Histoire et tout ce qui s’ensuit, quitte à provoquer des événements que l’on n’aurait pas désiré ou prévu ? Peut on mettre en péril plusieurs pays pour la vie d’une poignée d’hommes ? Ce sont des questions que je me suis posé, mais pas eux apparemment. Mais bon après soit, ils cherchent avant tout à sauver ceux qu’ils aiment, et je le comprends.

Toutefois, l’intrigue générale de ce tome (surtout dans la première partie) a tendance à se perdre dans des détours inutiles, on prend du temps (et on en perd) pour des éléments qui paraissent anodins et qui n’ont pas l’air de faire avancer la machine de l’intrigue.
A côté de cela, la fin prend plus de sens, les événements se succèdent et le rythme de l’intrigue parait plus fluide, plus maîtrisé. C’est à ce moment là que j’ai repris plaisir à ce que je lisais.

Le ton / le style : Un autre bon point, c’est ce que j’ai préféré dans ce livre (mis à part Jamie et Claire). J’ai adoré la plume de l’auteure qui réussit à donner beaucoup de vie au récit, notamment grâce aux dialogues. Même si je pense qu’en remaniant le scénario général en coupant ici et là, en redynamisant l’intrigue, elle aura sans doute pu gagner 150-200 pages…_______________________________________________________________________

On aime : les personnages principaux même si on note toujours quelques zones d’ombres inexpliquées, les éléments historiques et géopolitiques autour de Culloden. La plume de l’auteure et les dialogues qui donnent de la vie au récit.

On regrette : Une première partie un peu fouillis qui m’a désintéressée, cet épisode parisien qui m’a paru peu crédible, un personnage de Black Jack Randall bizarrement exploité.

Conclusion : C’est une lecture mi-figue mi-raisin, avec des personnages attachants et qu’on aime retrouver, de bonnes surprises comme des mauvaises, des rebondissements mais aussi des longueurs et une fin haletante qui donne envie de savoir ce qui se passe par la suite. Les montagnes russes je vous disais.Lien vers ma Chronique du premier tome de Outlander : >> Par ici !! <<

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s