Challenge·Cinéma·Film de la semaine

Challenge #Film de la semaine – Mars 2015

Ce mois-ci, en mars 2015 j’ai décidé de le thématiser, ça va être contes et Disney !
Alors ce mois-ci j’ai regardé :

  • Film #8

Titre : La Belle et la Bête
Réalisé par : Jean Cocteau
Avec : Josette Day, Jean Marais, Marcel André …Durée : 96 mn (1h36)
Genre : Drame / Fantastique
Année : 1946Source : Media Center

Résumé (Allociné) : Pour l’offrir à sa fille, le père de la Belle cueille, sans le savoir, une rose appartenant au jardin de la Bête, qui s’en offense. Afin de sauver son père, la Belle accepte de partir vivre au château de la Bête.

Mon avis : Voulant voir le film de Christophe Gans, je me suis dit que je devrais peut être voir la version de Jean Cocteau d’abord (puisque apparemment le film de Gans est un hommage à ce film-ci) Je ne l’ai jamais vu, tout comme Peau d’Âne et je me suis dit qu’il était temps d’y remédier !

Alors quid de ce film ? Tout d’abord, vu qu’il date de 1946, c’est en noir et blanc, en format carré, ce qui donne un côté très suranné à l’histoire. Les costumes sont magnifiques et j’aurai aimé aussi avoir la couleur pour en profiter au maximum. On est d’ailleurs plus période Louis XIII que Louis XV (qui est plus traditionnellement l’époque du Conte)

La mise en scène est très théâtrale, les dialogues sont plus clamés qu’autre chose, les acteurs prennent des poses appuyées, un peu grandiloquentes ce qui nous rapproche aussi du conte et d’une gestuelle de dessin animé. Les décors m’ont aussi fait penser à du théâtre, surtout dans le château de la Bête où l’entrée est très minimaliste.
D’ailleurs, l’arrivée du père de Belle m’a beaucoup fait penser au film Dracula de Coppola, lorsque Jonathan Harker arrive au château en Transylvanie. On a cette même impression bizarre et désagréable.
L’ambiance générale est très magique, mais plus magie flippante que magie ahah c’est la fête, ma mignonnette… Les chandeliers tenus par des bras qui bougent, les cariatides et sculptures humaines qui vous suivent du regard et qui fument (tiens d’ailleurs j’ai pas compris pourquoi la bête se mettait à dégager de la fumée comme ça…)

En tout cas, une jolie découverte, un peu exotique quelque part. J’ai hâte de voir la version de 2014 maintenant, même si je crisse des dents à cause de Léa Seydoux. On verra bien !!

  • Film #9

Titre : La Belle et la Bête
Réalisé par : Christophe Gans
Avec : Vincent Cassel, Léa Seydoux, André Dussolier …Durée : 114 mn (1h54)
Genre : Fantastique / Drame / Romance
Année : 2014Source : Media CenterBande Annonce
Résumé (Allociné) : 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce.
Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose.
Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie.
Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine.
Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux.
Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son coeur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

Mon avis : Bon ! Pour commencer, je suis une afficionados du Pacte des loups et de Crying Freeman. J’ai toute confiance en Gans pour faire un beau film de genre. Ma seule inquiétude avant de voir le film et en ayant vu la bande annonce, c’est Léa Seydoux que j’ai trouvé très insipide dans la BA.

Pendant mon visionnage, j’ai été subjuguée par la qualité de l’image ! la photographie, les couleurs, les décors et les costumes sont absolument somptueux. Un sentiment de magie et de féérie suinte par tous les pixels de l’image et certains plans ressemblent à des tableaux.
L’intrigue est plutôt pas mal, les ajouts au conte originel sont plutôt bien vus (les géants de pierre)

J’ai un peu plus regretté le côté un peu glacé dans sa beauté que l’on peut sentir tout le long du film. Je ne l’ai pas trouvé chaleureux, accueillant pour le spectateur, malheureusement. Idem pour l’alchimie entre les deux personnages principaux, joués par Vincent Cassel et Léa Seydoux, je l’ai trouvé complètement absente. J’ai manqué d’empathie pour la Bête (peut être est-ce dans l’animation faciale du personnage ? j’ai trouvé qu’il manquait de sentiment, de vie) et pour la Belle, car j’ai passé plus de temps à admirer ses robes et ses parures qu’à m’identifier à ce personnage, trembler pour elle, avoir peur avec elle, aimer avec elle.

Dommage !

  • Film #10

 

Titre : Brisby et le Secret de NIMH
Réalisé par : Don Bluth
Avec : Jane Val, Micheline Dax, Elizabeth Hartman…

Durée : 85 mn (1h25)
Genre : Animation / Aventure
Année : 1982

Source : DVD

Bande Annonce

Résumé (Allociné) : La situation est grave : la famille de la souris Brisby doit déménager au plus vie mais son fils Timothy est très malade et ne peut pas sortir dans le froid. Mme Brisby est obligée de demander l’aide de ses voisins, d’étranges rats qui cachent un terrible secret.

 

Mon avis : Cela faisait longtemps que je n’avais pas revu ce classique qui est l’un de mes dessins animés préférés. Ayant lu le livre il y a quelques semaines, j’avais voulu revoir ce film avec un œil nouveau. (d’ailleurs, si vous voulez voir ma chronique, elle est ici)Et il faut dire, je me suis rendu compte que ce film était imprimé dans mes souvenirs comme dans la pierre ! J’ai retrouvé certaines scènes, certaines voix, dialogues du film tels qu’ils étaient gravé dans ma mémoire.
L’animation n’a pas vieilli, elles sont pleines de vie et typiques des dessins animés de cette époque-là, et j’ai retrouvé avec plaisir les personnages.

Au niveau de l’intrigue, c’était là que j’ai préféré le film au livre. J’ai trouvé que le film apporte de la vie et plus d’empathie que ce que m’a apporté le livre. Brisby est encore plus volontaire, elle se tire de situations seule alors que dans le livre, elle était sauvée par Justin, et c’est elle qui sauve ses enfants dans la maison en train de sombrer dans la boue, contrairement au Livre. Et puis certains personnages prennent plus de place et d’importance et j’ai beaucoup aimé cela.

Mention spéciale pour la séquence du Grand Hibou qui reste je pense une de mes préférées : ce sentiment de danger mortel, une épreuve à passer, avoir peur et la surmonter et en sortir grandi.

Ce que j’ai apprécié dans ma lecture du livre, ce sont ces éléments qui apparaissent dans le film sans plus d’explication. le bouquin était beaucoup plus détaillé sur les Rats de Nimh et leur passé de rats de laboratoire. Ici dans le film, il n’y avait que le nécessaire à l’intrigue.
  • Film 11

Titre : Whiplash
Réalisé par : Damien Chazelle
Avec : Miles Teller, J.K. Simmons, Paul Reiser…

Durée : 107 mn (1h47)
Genre : Drame / Musical
Année : 2014

Source : Media Center

Résumé (Allociné) : Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence…

Mon avis : Alors oui ce n’est pas un conte de fée ou un dessin animé… Mais ce film s’est un peu proposé ici, tout seul. Un film indépendant, différent, sur la musique (et sur un batteur qui plus est), un film sans concession, au rythme et mise en scène auxquels on n’est plus du tout habitués avec les films des grosses majors qui vont toujours plus vite, plus fort.

Ici le montage, la mise en scène, les inser sur les partitions, les close ups sur les mains, les regards, les instruments mettent beaucoup dans l’ambiance. On en vient à détester, craindre, admirer et haïr Terence Fletcher, et voir Andrew sombrer et se révéler dans sa quête de perfection. Très beau film, encore plus quand on est musicien.

  • Film 12

Titre : Atlantide, l’Empire Perdu
Réalisé par : Kirk Wise, Gary Trousdale
Avec : Michael J Fox, James Garner, John Mahoney
en français : Luq Hamet, Laura Blanc, Jean Reno,
Durée : 95 mn (1h35)
Genre : Animation / Aventure
Année : 2001

Source : DVD

Résumé (Allociné) : Milo James Thatch, un cartographe et linguiste spécialiste en dialectes anciens, travaille sans relâche au sous-sol d’un musée. Comme jadis son grand-père explorateur, il souhaite découvrir l’Atlantide, la légendaire cité perdue.
Il reçoit alors la visite de Preston B. Whitmore, un millionnaire excentrique. Ce dernier a en sa possession un mystérieux manuscrit révélant l’emplacement de l’Atlantide et que seul Milo peut déchiffrer. Grâce au financement de Whitmore, celui-ci embarque dans un immense sous-marin et se joint à une équipe d’audacieux explorateurs avec à son commandement le Capitaine Rourke. L’expédition sous-marine s’annonce fructueuse grâce aux indications fournies par le manuscrit. Ce qu’ils découvriront changera leur existence pour toujours.

Mon avis :  Je n’avais pas revu ce film depuis sa sortie au cinéma et j’avais eu un souvenir un peu vague de ce dessin animé. Mais depuis ce temps, en sachant que le chara design avait été fait par Mike ‘Hellboy’ Mignola, qu’il devait y avoir une série animée dérivée contenant des crossovers avec Gargoyles, série qui a été tuée dans l’œuf à cause de l’échec du dessin animé, c’est avec un tout nouvel intérêt que je me suis penchée une nouvelle fois sur ce film.Ma première réaction ça a été de me rendre compte des petits clins d’oeil et blagues plus adultes que ce qu’on attend dans un Disney, ce dont je ne me souvenais pas. Pas de chansons (ça ne me déplait pas) et du coup un ton plus adulte, plus aventureux qu’un dessin animé classique. Beaucoup de morts dans les 20 premières minutes (sans compter la destruction de l’Atlantide qui ouvre le film, il y a l’expédition où ils étaient plus de 200 au début, puis la rencontre avec le Leviathan les réduit à une petite dizaine.)
Un petit « white savior syndrome »à noter avec Milo Thatch qui se révèle sauveur des derniers Atlantes…Je me suis dit finalement que ce film serait sans doute mieux passer en film avec des acteurs, à la Indiana Jones.
Bref un bon souvenir, un dessin animé un peu sous estimé mais parce que pas du tout dans le ton des dessins animés habituels de chez Disney.
  • Film 13

Titre : Cendrillon
Réalisé par : Kenneth Brannagh
Avec : Lily James, Cate Blanchett, Richard Madden…
Durée : 104 mn (1h44)
Genre : Fantastique / Romance
Année : 2015

Source : Cinéma

Résumé (Allociné) : Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme soeur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime… Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Mon avis : Pour finir ce mois de contes de fées et/ou dessins animés, j’ai décidé de terminer par Cendrillon, la version live du dessin animé des années 50 de Disney.
J’avoue que je ne m’attendais pas à grand chose, à part quelque chose de beau à l’écran, de jolies robes et de beaux décors. Et ce fut exactement le cas. Le film ne casse pas trois pattes à un canard, il est juste… joli. Je n’aurai pas vu que Kenneth Branagh était le réal, je n’aurai jamais deviné… La robe bleue du bal est juste… somptueuse, mon regard était totalement bloquée sur ses froufrous lorsque Ella dansait. A côté de cela, il n’y avait pas vraiment d’homogénéité dans le style vestimentaire. Autant les vêtements des belles soeurs rappellaient les années 50, celle de la marâtre, plutôt années 20, c’était un joyeux mélange.

Au niveau de l’intrigue, ça m’a semblé un copié/collé du dessin animé originel avec quelques touches additionnelles ici et là mais qui ne rajoutent pas grand chose à l’intrigue.
Cate Blanchett est parfaite dans le rôle de la marâtre, magnifiquement belle, aigrie et machiavélique. Le Prince Kit « King of the North » n’est remarquable que par son sourire ultra bright et ses dents parfaitement alignées (et ça a du le changer des Noces Pourpres…), et Cendrillon est juste… Cendrillon. Ni plus ni moins.
Un petit bonus pour Derek Jacobi dans le rôle du roi (<3) et Haylee Atwell dans celui de la mère de Cendrillon.

En tout cas il n’y avait pas de quoi refaire un film. Ça me donne juste envie de revoir Happily Ever After qui est mille fois plus intéressant que celui-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s