book en stock·Chronique·Fantasy·Livre

LIVRE : Or et Nuits de Mathieu Rivero

Titre : Or et Nuit
Editions : Les Moutons Électriques
Auteur :  Mathieu Rivero

Année :  2015
Nombre de pages : 250 pages
Genre : Conte / Fantasy
Lu en Mai 2015

Ma note :  ★★★☆☆

Pitch de Livraddict :  Des mille et une histoires que j’ai pu conter, aucune n’est aussi fabuleuse que celle que je m’apprête à te narrer.

On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s’y affrontent autant que les passions se déchaînent. Vois-tu, elle recèle en son cœur une bien plus unique distinction. Cette histoire d’amour et de mort est vraie : je l’ai vécue. Parole de Shéhérazade.

Mon avis sur le livre : 

J’ai découvert ce livre au festival Trolls et Légendes, après avoir fait dédicacer mon exemplaire de « Notre Dame des Loups » à Adrien Tomas. Son voisin de table avait l’air tout à fait charmant et m’a présenté son nouveau livre. Et il a sorti les mots magiques, « 1001 nuits » et « Shéhérazade ».
OK !

J’ai toujours adoré les contes des Mille et Une nuits, les récits de Sinbad sont parmi mes contes préférés ❤ Donc j’ai acheté ce livre qui non seulement est une pure merveille d’édition mais promettait aussi un dépaysement et une grande aventure. Nan mais regardez cette couv !!! *0* Franchement !!

Ma lecture : J’ai entrepris cette lecture en commun avec deux amies booktubeuses rencontrées d’ailleurs à T&L : Gaëlle de la chaîne Bubblegirl67 et Hélène de Hélène Ptitelfe (qui avaient acheté le livre au même endroit et sans doute pour les même raisons)

Pour ma part, j’ai eu du mal à rentrer dedans, mais je pense que cela était dû non à la qualité du livre, mais au fait que je sortais d’un coup de coeur avec Notre Dame des Loups de Adrien Tomas où j’avais juste adoré le style, l’univers, le ton et l’urgence du livre. Ici nous sommes plongés dans un récit plus classique avec une structure de conte, un phrasé plus soutenu, moins familier, typique de ce genre d’histoires, surtout conté de la bouche-même de Shéhérazade, l’un des personnages principaux si ce n’est LE personnage principal du livre.

Je n’arrivais pas à être captivée par l’histoire, me surprenant à décrocher, me déconcentrer plusieurs fois avant de me rendre compte que je ne me souvenais plus de ce que j’avais lu…

Toutefois, le récit a réussi à me happer à plusieurs reprises. Mais ma lecture s’est faite en dents de scie.

L’univers : Tout à fait dans la lignée des Mille et Une Nuits, l’univers grouille de djinns, de sultans, de simurghs et de guerriers héroïques, et flirte aussi un peu avec le folklore hindou puisque nous avons un Rakshasa et le Jagannatha. C’est très riche, plein de couleurs. On est loin de notre medfan occidental habituel et j’adore cette ambiance.

Les personnages : Mathieu Rivero nous dépeint toute une galerie de personnages mais la plus centrale et la plus importante reste Shéhérazade, la même Shéhérazade des Mille et Une Nuits, qui en a assez de sa vie de cour et surtout de son mari tyrannique et qui décide de prendre le large pour vivre de nouvelles aventures afin d’avoir de nouvelles histoires à raconter. Dans ses pérégrinations, elle tombe entre les mains d’un brigand qui l’emprisonne, qui n’est pas ce qu’il paraît et à qui elle va raconter des histoires contre un peu d’eau ou de confort.
Dans ses récits, elle raconte l’histoire de Azi Dahaka, un jeune sultan à l’ascendance maudite, promis à un grand et tragique destin et son ami Abu Bakr, un prince babylonien timide et peu sûr de lui qui deviendra son meilleur ami et couvée par une mère abusive et ambitieuse.

À ces personnages principaux se mêlent la princesse Hafsa, le couple de mercenaires Akmeh et Bubahl, un derviche, un vizir, une reine babylonnienne rancunière et que la soif de pouvoir ronge de l’intérieur…
Une grande galerie de personnages avec des persos féminins forts, de grands destins, des tragédies… 

Cela dit, je n’ai pas réussi à me prendre d’affection et d’empathie pour la plupart des personnages (mis à part peut être Shéhérazade). J’aurai voulu ressentir plus les sentiments des personnages, qu’on me transmette leurs émotions, leurs peurs, leurs doutes un peu plus fort que ça. J’ai un peu souffert de ce manque d’empathie lorsqu’il arrivait des événements tragiques dans le récit et que ça n’arrivait pas à me faire lever un sourcil désolé 😦

L’intrigue : L’intrigue est assez classique pour ce genre de récit, des histoires de conquête, de résistance, de royaumes, de pouvoir, tout cela mêlé à la magie des Djinn, à la voix de Shéhérazade. Mais au delà de l’intrigue, c’est la narration qui est la plus étonnante dans ce livre. (j’ai un truc pour les narrations originales en ce moment XD) Ici nous avons plusieurs strates d’histoire, Shéhérazade en captivité, son histoire à propos de Azi Dahaka, et Azi Dahaka lui-même de son côté.
Et la manière dont ces strates poreuses s’entrecroisent, se mêlent, s’entrelacent de façon fluide et certaines fois imperceptibles est juste génial ! Certaines fois, nous sommes à fond dans l’histoire de Azi et Abu, et d’une petite phrase, on se rend compte que l’on était en fait dans le conte de Shéhérazade.

Le ton / le style : Nous sommes clairement dans le conte ici, dans la grande tradition de l’oralité, avec son phrasé, ses apartés, ses mécanismes. Mais le texte présente aussi quelques fois ses lourdeurs. Mais ce n’est pas désagréable dans l’ensemble.

_______________________________________________________________________

On aime : L’univers chatoyant et les inspirations perses, arabiques et hindoues. Le panel de personnages féminins forts et d’importance, et une mention spéciale pour Shéhérazade, conteuse de talent et femme géniale. La fluidité et la porosité des niveaux d’histoire.
On regrette : La distanciation et le manque d’affection que j’ai pu ressentir pour les personnages. Les moments de distraction et de déconcentration rencontrés durant la lecture. Ce n’était pas le bon livre à lire après « Notre Dame des Loups »

Conclusion : Une lecture un peu mi-figue mi-raisin avec quand même de bons points (personnages, récits entrelacés, univers).
A voir et lire rien que pour la beauté de l’objet et l’univers qui change de ce qu’on a d’habitude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s