book en stock·Chronique·Science fiction

LIVRE : Le Château des Millions d’Années de Stéphane Przybylski

c60e5-chateauTitre : Le Château des Millions d’Années
Editions : Le Bélial
Auteur : Stéphane Przybylski (France)

Année : 2015
Nombre de pages : 361 pages
Genre : Historique / Science-fiction

Lu en Juillet 2015

Ma note : ★★★★☆

Pitch de Livraddict : Juin 1939. Heinrich Himmler diligente une expédition archéologique en Irak, dans le but officieux de s’allier les tribus locales afin de lutter contre l’ennemi britannique. Au sein de l’expédition, l’officier SS Friedrich Saxhäuser. Vétéran de la Grande Guerre, il a lié son destin à celui d’Adolf Hitler depuis le putsch manqué de Munich en 1923. Jamais totalement acquis aux thèses nazies, Saxhäuser est un agent double, naviguant dans les eaux troubles des différents services de renseignement du Reich. Au fond d’une vallée d’un affluent du Tigre, Saxhäuser met au jour quelque chose venu d’ailleurs, susceptible de changer la donne dans le conflit qui s’annonce. Cependant, les doutes que le SS nourrit envers le régime nazi s’exacerbent : doit-il s’abstenir de remettre à Hitler sa découverte ? Mais ne s’est-il pas déjà trop compromis ?

Mon avis sur le livre :

J’ai rencontré Stéphane Przybylski en mai dernier, au festival des Imaginales à Epinal, pendant une conférence et un petit déjeuner comme seules Les Imaginales savent les organiser. Éminemment sympathique, il m’avait captivé lorsqu’il a parlé de son livre, de sa passion pour l’histoire, et du pitch de son livre. Rien que la couverture m’aurait fait plier et il ne m’en fallu pas plus pour me laisser tenter par son ouvrage : le premier tome de sa série de quatre livres « Origines » intitulé « Le Château des Millions d’Années« , titre qui augure à lui tout seul poésie, drame et souffle épique.

Lors de mon point lecture de juin, que vous pourrez retrouver ici, j’ai inauguré ma book jar « Pioche ton addiction », et j’ai tiré au sort mon premier billet pour ma prochaine lecture, je suis tombée sur « Livre Historique« , j’ai donc choisi ce livre-ci pour l’entamer après la fin de Téméraire de Naomi Novik.

Pour faire bref et sans spoilers, j’ai fortement apprécié cette lecture que j’ai trouvé fluide, intelligente, rondement menée, mêlant avec brio pur récit historique avec le mystère de la science-fiction sans pour autant tomber dans la caricature ou la facilité. Sa démarche de dépeindre des personnages au premier abord antipathiques (car sympathisants nazis, ou SS ou pire, Hitler), mais toujours très humains a été pour moi le vecteur de mon adhésion à ce livre, en plus de la promesse du mélange des genres. Bref, une réussite.

Chronique plus en détails (et en spoilers) :

Ma lecture : Je l’ai lu en 2 fois, j’ai du le laisser à la maison pour une petite semaine puisque, allant à Paris pour la Japan Expo, j’avais opté temporairement pour ma Kobo afin de ne pas abîmer mon livre dans le voyage.

Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé cette lecture. Les récits dans cette période historique (la seconde guerre mondiale) ne sont pas parmi mes lectures « go-to », et je crois que le dernier que j’ai lu dans le genre était Le Silence de la Mer de Vercors que j’avais lu au lycée (c’est pour vous dire combien ça date !)

Ici, le Château des Millions d’Années a été une lecture absolument sans écueils. C’est très bien écrit, c’est agréable à lire et fluide, les personnages sont hyper intéressants, tout en complexité et on se prend facilement au jeu dans l’intrigue, les doutes et les hésitations du personnage principal, mais aussi les enjeux de la grande Histoire, d’autant que l’on sait comment ça se finit.
J’ai été plutôt étonnée du parti pris du livre, je m’attendais à plus d’action mais j’ai été agréablement déstabilisée par le fait que ce soit plus … calme dans le récit, et finalement plus centré sur les personnages et sur la guerre qui s’annonce. Finalement c’est le calme avant la tempête donc le rythme du livre devient logique.

Même les multiples flashback ajoutent différents points de vue, nous font voyager dans le temps et l’espace et facilitent la compréhension des personnages et les situations.

L’univers : Le Château des Millions d’Années est un livre historique mais pas que. Nous sommes ici donc en plein XXe siècle, oscillant entre des souvenirs dans les tranchées de la Grande Guerre, et l’Allemagne Nazie alors que la Seconde Guerre Mondiale est imminente. A cela près que nous avons dès le début du livre, une rencontre du 3e type et une présence d’extra-terrestres qui jalonne le récit et qui lui donne un côté très frais (surtout quand ces aliens sont aussi poissards et maladroits que ceux-là, ce qui a fini par me faire rire).

Nous sommes ici du point de vue des Allemands, ce qui donne une teinte particulière et particulièrement réussie à l’ouvrage. Dépeindre l’avant guerre, comment la population a adhéré au parti nazi, à son idéologie, à ses promesses se fait tout en subtilité. La plupart des personnages adhère sans contester aux théories nazies mais à différents niveaux, et pour des raisons différentes. Et nous avons ici tous les termes, toutes les phalanges de l’ordre nazi, décrites et expliquées avec brio et détails.
À côté de cela, tout ne se passe pas qu’en Allemagne ni même en Europe, la moitié du livre se déroule en Irak, ce que je n’attendais pas dans un livre de guerre sur les Nazis.
Le fait que le récit se déroule dans le « Croissant Fertile » nous permet de découvrir une géo-politique bien moins connue mais tout aussi intéressante et importante, surtout avec la situation politique d’aujourd’hui. En effet, l’Irak, la Syrie, le Koweït sont sous gouvernance française, anglaise et américaine et les peuples de ces pays-là, désireux de s’affranchir de cette tutelle occidentale, se rapprochent de l’autre force adverse en place : l’Allemagne nazie qui leur promet de les aider dans leur désir d’affranchissement si eux leur apportent leur soutien face à l’Angleterre, la France et les Etats-Unis. On y voit les prémices des conflits futurs se dessiner ici, et j’ai trouvé ça très intéressant.

C’est un univers qui pourrait rappeler facilement le Pulp, l’ambiance Indiana Jones s’il avait penché plutôt vers l’action débridée, mais il ne tombe jamais dans la caricature et l’outrance qui caractérisent ce genre. Nous sommes dans quelque chose de plus réaliste, plus historique aussi, même si nous avons des événements fantastiques qui s’y greffent.

Les personnages : Friedrich Saxhäuser est un homme dans la force de l’âge, la quarantaine passée, un soldat d’élite qui a été catapulté capitaine en pleine guerre des tranchées alors qu’il n’avait que dix huit ans, garde du corps du Führer. Espion qui voyage dans les quatre coins du monde sous les ordres d’Hitler et Himmler, Friedrich est un homme d’action, un soldat, un homme de main et de confiance de la hiérarchie qui a cherché chez Hitler un espoir de guérir de cette défaite cuisante de la première guerre mondiale.
Paradoxalement, il est aussi quelqu’un qui doute de plus en plus par rapport à la doctrine nazie et des sombres desseins qu’elle augure. Il s’en éloigne, bien que cela peut lui coûter le confort de sa position et sa vie. C’est un personnage en trois dimensions, tout en contradictions, en complexité et avec lequel j’ai accroché dès le départ malgré son premier abord antipathique sur le papier.

Saxhäuser est entouré d’une sélection de personnes secondaires dont je ne parlerai pas vraiment mais que je vous invite à découvrir (notamment Schmundt, l’archéologue, scientifique, féru de culture mythique et théories occultes, Andrea la maîtresse de Saxhäuser, une ambitieuse journaliste dans un journal à Bagdad à la botte des nazis,…)

Un autre personnage important dont la présence transparaît tout au long du récit sans réellement apparaître franchement, c’est Hitler lui-même.
Je crois que je n’avais encore jamais lu de livre où il était un personnage à part entière, et malgré tout le mal que je pouvais penser de cet homme, je me suis surprise à être impatiente de le rencontrer. Effrayant, fascinant, déplaisant, écœurant… Comment la folie de cet homme a-t-elle pu intoxiquer des millions d’individus ?

Derniers personnages et pas des moindres : ces entités extra-terrestres que l’on rencontre au détour d’un djébel, qui se déplacent en soucoupes volantes ou boules de lumière, qui essayent de rentrer en contact avec Saxhäuser, et qui foirent leurs coups à chaque fois. Je ne sais pas s’ils étaient censés être sérieux mais j’ai fini par les trouver assez drôles. Ils m’ont rappelé ces aliens dans le webcomic Jo qui sont maladroits et n’arrivent pas à communiquer avec les humains sans provoquer des catastrophes alors qu’ils ont la meilleure volonté du monde.

L’intrigue : L’intrigue se met en place lentement. Il n’y a pas de l’action à outrance mais pourtant elle est bien là, bien dosée, préférant se concentrer sur les personnages et leurs évolutions plutôt que sur les explosions et les courses poursuites. Comme je le disais, nous sommes juste avant que la guerre n’éclate, ça correspondait tout à fait à l’époque.
On y retrouve les ingrédients du genre : les nazis, les espions anglais, les scientifiques emprunts de paganisme et de mysticisme, avec cette sombre menace qui leur pèse au dessus de la tête : l’imminence de la seconde guerre mondiale.

Et le mélange de roman historique et science fiction est là l’une des plus grandes réussites du livre tant il paraissait au premier abord périlleux. Il aurait été facile de tomber dans la caricature, la facilité, des clichés du genre, tout cela dans une histoire dont on connait la suite puisque la SF est imbriquée dans une période que l’on connaît même inconsciemment grâce à la télé ou au cinéma.

Le ton / le style : J’ai beaucoup apprécié le style de l’auteur. Fluide, bien travaillé, pas indigeste, érudit sans être barbant du tout, j’ai appris pleins de choses sur le fonctionnement de l’Etat Nazi, les rapports entre les différents départements, et surtout le rapport fascinant et des fois irrationnel que les personnages entretiennent avec le Führer. Tout paraît naturel.
Le ton du livre accentue son aspect historique, comme s’il était narré par votre prof d’histoire du lycée que vous adorez, tant il réussit à faire vivre et faire prendre corps des personnes depuis longtemps disparues, des dates et des événements. On y retrouve plein de termes et de vocabulaire que je n’avais pas revu depuis la seconde, avec aussi l’aide d’un glossaire très utile et d’un tas de cartes à la fin du livre et qui permettent de se remémorer toutes ces appellations (la SA, les SS, la nuit des Longs Couteaux, etc) et qui rappellent les amours de l’auteur.

_______________________________________________________________________

On aime : Le mélange des genres : historique + science-fiction, la plume érudite et intelligente qui n’est pas indigeste ou condescendante, la (re)découverte de cette époque des années 30 que je ne lis pas souvent, le personnage principal et ses turpitudes, les extraterrestres qui ne savent pas faire grand chose sans mettre les pieds dans le tapis.

On regrette : J’aurais aimé que l’action fusse plus présente ou que ce livre parte plus vers le « pulp ». Mais c’est le 1er tome d’une série de quatre. Nous verrons ce que cela nous réserve et comment l’élément SF sera pris en compte et utilisé par la suite !

Conclusion : Une très bonne lecture, des personnages intéressants, un thème original et un plaisir à lire. Bref, vite la suite !

Publicités

2 réflexions au sujet de « LIVRE : Le Château des Millions d’Années de Stéphane Przybylski »

  1. Salut ! ça ne m'étonne pas, je n'en avais pas entendu parler avant de rencontrer l'auteur aux Imaginales. Je t'en prie !! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !
    Bises et bonnes lectures ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s