book en stock·Chronique·Fantasy·Livre·partenariat

LIVRE : Les Douze Rois de Sharakhaï de Bradley P. Beaulieu

les_douze_rois_de_sharakhaiTitre : Les Douze Rois de Sharakhaï
Auteur : Bradley P. Beaulieu (USA)
Editions : Bragelonne

Année : 2016
Nombre de pages : 575 pages
Genre : Fantasy

Lu en Août – Septembre – Octobre 2016

Ma note : ★★★☆☆

Pitch de Livraddict : Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Comme de nombreux autres, elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Elle les a lus dans un livre que lui a légué sa mère. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

– PARTENARIAT BRAGELONNE-

Mon avis sur le livre :

Ce livre était tombé à point nommé après une lecture plus que mitigée du Don de Fiona McIntosh. J’avais envie d’une fantasy différente, un livre avec du souffle épique, et surtout un univers qui ne soit pas med-fan occidental. Et c’est pour ça que j’ai attaqué « Les Douze Rois de Sharakhaï » avec beaucoup d’entrain. Ce livre se déroule dans un univers oriental, arabisant, qui n’est pas sans rappeler le JDR Capharnaüm (JDR que j’adore, au passage)

Globalement je l’ai trouvé très bien écrit, très immersif, les 50 premières pages me plaisaient plus que les 600 pages de ma précédente lecture. Mais (parce qu’il y a un mais) ça n’a pas été la grosse claque comme il l’était vendu (survendu ?) Il est bien écrit, avec beaucoup de mystères et de grosses questions laissées volontairement en suspens, d’intrigues politiques qui se dénouent sur la fin mais il est trèèès long à commencer (la preuve, j’ai quand même mis 2 mois 1/2 à le lire) Après, je ne lui en veux pas, c’est un premier tome, je sais que le tome d’exposition est par définition plus lent. Il y a beaucoup à dire, il faut du temps pour installer l’univers, présenter les personnages, le contexte, les intrigues et les sous-intrigues, tout ça ne se fait pas en quinze pages !

En résumé, l’intrigue démarre très lentement, le temps de s’immerger dans ce tout nouvel univers, le temps de découvrir les personnages et se prendre d’empathie avec eux. J’aurai sans doute aimé que la mise en place des éléments de l’intrigue se soit fait de manière moins alambiquée.
Cela dit, c’est resté une bonne lecture, bien que longuette.

Chronique plus en détails

Lorsque j’ai vu ce livre dans le catalogue, j’ai câlé sur la couverture de Marc Simonetti (vous comprendrez poourquoi…) et quand j’ai vu qu’il s’agissait d’une fantasy orientale, je n’ai pas tergiversé une seconde !
L’ayant reçu courant Août, je l’ai commencé après la lecture plus que mitigée du Don de Fiona Mc Intosh, en espérant que la Cité de Sharakhaï allait me faire oublier cette précédente lecture.
Il faut rajouter aussi le fait que ce livre a eu beaucoup de promotion de la part de Bragelonne, et notamment Stéphane Marsan qui a mouillé sa chemise pour dire tout le bien qu’il pensait de ce nouveau roman.
Le roman est doté de nombreuses qualités, certes, mais ça n’a pas été la claque totale qui était promise.

L’univers : Sharakhaï est une cité très prospère, au coeur du désert, gérée par une main de fer par douze rois quasi immortels puisqu’ils règnent depuis plus de 400 ans. Mais la révolte gronde en son sein. L’univers est rondement bien pensé et développé. Le contexte géographique, le système politique des Douze rois, leurs secrets, le corps des Vierges du Sabre, les Dieux du désert etc, tout est mis en place pour être plutôt bien développé, intéressant et captivant. Il m’est cependant arrivé de me trouver un peu perdue avec tous les noms des rois, des Dieux, des personnages secondaires dont on ne se souvient pas alors qu’on nous les a déjà présentés (mais avec tant de mystère qu’on n’a pas forcément fait le lien)

En tout cas j’ai beaucoup aimé la mythologie mise en place, les dieux du désert, les nuits de Beht Iman où les rois lâchent les Asirim dans la cité pour aller « prélever » des sujets alors que tout le monde se terre au fond de chez eux avec angoisse.

Les personnages : Le personnage principal est une jeune fille des rues, Çeda qui est devenu à 19 ans une combattante célèbre dans les Arènes de Sharakhaï. Elle est orpheline, ne connaissant pas l’identité de son père et dont la mère a été assassinée dans de tragiques circonstances, ce qui a créé son immense désir de vengeance. C’est un personnage fort, qui a pas mal dégusté pendant toute sa vie, qui a beaucoup de ressentiment, de colère en elle qu’elle tente de gérer comme elle peut. Elle est plutôt du type à garder ses sentiments enfouis au fond d’elle ce qui lui donne un côté qui pourrait la rendre froide ou antipathique. Çeda a pas mal de défauts (têtue, obstinée) mais je l’ai trouvée également très humaine dans ses imperfections et ses faiblesses.

Toutefois, le vrai personnage principal de ce livre, c’est la ville de Sharakhaï elle-même. Une cité florissante au coeur du désert, qui vit du commerce, au carrefour des routes et qui provoquent la jalousie des autres cités et royaumes aux alentours et également en son sein à cause de la toute puissance et de l’hégamonie tyrannique des douze rois. Mais si l’on gratte un peu la surface, on voit qu’elle n’est pas si reluisante que ça. C’est une cité qui vit, qui palpite, qui est tiraillée entre les riches et les pauvres, les rois, leurs descendants et le reste de la population et c’est, à mon sens, le personnage le plus intéressant.

Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et dégagent une vraie humanité. Il y en a beaucoup pour lesquels on ne connait pas les motivations, le pourquoi ils font certaines choses mais on espère que ces zones d’ombres seront expliquées au fur et à mesure du roman.
Mais il m’est arrivé de me perdre avec le nom des douze rois et leurs particularités, les dieux, les émissaires de tel ou tel royaume…

L’intrigue : L’intrigue est plutôt bien ficelée mais tout ce que je peux dire, c’est qu’elle a mis beaucoup de temps à se mettre en place. Et on peut dire qu’à certains moments le côté volontairement nébuleux ou mystérieux pour le lecteur m’a fait sortir de ma lecture. J’ai eu tendance à oublier qui étaient certains personnages secondaires, et d’oublier de quoi ils parlaient et ce qu’ils faisaient quelques chapitres précédents.
Mais tout se met en place vers la moitié du livre et ce dernier prend son rythme de croisière après 300 pages (c’est pour cela que je l’ai trouvé long à se mettre en route)

Le ton / le style : L’écriture est soignée et immersive, les dialogues, scènes d’action et descriptions sont plutôt bien équilibrés, c’était plutôt agréable à lire. Le ton est résolument plus adulte et sérieux.

__________________________________________________________________

On aime : L’univers et la mythologie de ce roman. la fantasy orientale qui donne un souffle nouveau et qui est une fantasy dans laquelle j’aime me plonger.

On regrette : Les longueurs qui déservent le récit et font oublier qui sont certains personnages et ce qu’ils font dans l’intrigue. Çeda, le personnage principal qui pourrait paraître un peu trop froide.

Conclusion : Une lecture intéressante bien qu’un peu trop longue. Mais cela laisse la place à un tome deux qui me parait assez ouvert au niveau des possibilités de l’intrigue. La fantasy orientale arabisante reste une forme de fantasy que j’espère lire plus souvent à l’avenir et Sharakhaï m’a plu à ce niveau-là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s