book en stock·Chronique·Fantasy·Jeunesse·partenariat

LIVRE : Zalim de Carina Rozenfeld

zalimTitre : Zalim
Auteur : Carina Rozenfeld (France)
Editions : Scrinéo

Année : 2016
Nombre de pages : 300 pages
Genre : Fantasy jeunesse

Lu en Octobre – Novembre 2016

Ma note : ★★★☆☆

Pitch de Livraddict : Un royaume d’un autre monde, ressemblant fort à notre Norvège, est en proie à la guerre. Il invoque un démon pour l’aider à gagner, qui choisit alors un hôte humain inconnu. Cet hôte oublie son identité humaine à chaque fois que le démon se réveille et le possède, et n’a plus conscience de ses actes.

Qui est l’hôte ? Dans quel camp est-il ? Va-t-il réussir à prendre le dessus sur le démon pour le maîtriser ?

– PARTENARIAT SCRINEO –

Mon avis sur le livre :

Ce livre a été une lecture agréable mais pas transcendante.
C’est une lecture que je recommanderais volontiers à des adolescents ou adulescents qui ont soifs d’aventure et qui n’ont pas peur aussi de thèmes plus sombres que d’habitude, mais moins à ceux plus âgés qui recherchent un peu plus de noirceur ou de thèmes plus adultes encore.

L’univers est séduisant mais pour le moment pas assez approfondi : j’ai eu l’impression de n’avoir gratté que la surface. L’aspect steampunk m’a paru plus cosmétique plutôt qu’un réel élément ayant son importance dans l’histoire et dans l’intrigue. Par contre j’ai beaucoup apprécié les éléments de modernité contenus dans ce livre, comme la présence de personnages de couleur ayant un rôle important et pas de figuration même dans un royaume scandinave (Yes, Frozen ! I’m looking at you !) ou bien même la présence d’un couple de lesbiennes. Là où j’ai plutôt apprécié ce livre, c’était le mystère et le suspense qu’a réussi l’auteure à entretenir autour de l’identité de l’hôte de Zalim, le démon qui donne son nom au livre. Et pour ça, je dis bien joué ! Le récit traite de sujets plutôt graves et sérieux, tout en gardant un ton qui ne soit pas trop jeunesse ou adolescent.

Chronique plus en détails

Ce livre m’a été proposé à la lecture par Scrinéo et est le 1er tome d’une saga. Pour tout dire, j’avais un peu peur de l’étiquette « jeunesse » collé sur le livre. On ne sait jamais si c’est le fond ou la forme qui sera considéré comme « jeunesse » (le terme qui veut tout et rien dire) ou bien si c’est jeunesse : 8-12 ans ou bien ado ou même young adulte / adulescent.)
La lecture s’est faite plutôt facilement, dû à la taille du livre qui n’est pas bien long (et écrit pas trop petit) et a été plutôt agréable tout du long. Des éléments m’ont beaucoup plu, et d’autres… beaucoup moins. En résumé, c’était une bonne lecture, agréable et fluide mais qui ne m’aura pas décoiffée.

L’univers : L‘univers a l’air intéressant sur le papier. Un royaume scandinave avec des accents steampunks. Ça promettait quelque chose de chouette. Toutefois j’ai trouvé que c’est resté trop à la surface, un peu trop artificiel. Les éléments steampunk du livre m’ont paru assez cosmétiques : certes les armées se tapent dessus à coup de soldats mécaniques et les gens communiquent par pigeons automates, mais rien dans le récit n’aurait changé si cela avait été des vrais soldats et de vrais pigeons. Cela donne une jolie touche visuelle à l’oeuvre mais pas plus que ça. Du moins dans ce 1er tome, peut être que la suite approfondira l’univers.

Un autre élément qui a fini par se faire remarquer au point où ça en était devenu un « meme » pour ma lecture, c‘était l’allusion constante au Fjord Majeur (la montagne aux glaciers si typique des pays scandinaves) sur lequel est construit le château où se passe l’essentiel de l’intrigue, et qu’on retrouve systématiquement (et je dis bien systématiquement) dès que le narrateur parle du décor.
On pourrait concrètement faire un jeu à boire à chaque fois que le narrateur parle du Fjord Majeur et finir par rouler sur le paillasson!

Les personnages : Les personnages sont le gros plus de l’histoire. Nous suivons en parallèle Elyana, la jeune princesse du royaume d’Arensdaal, ainsi que son entourage, acculés par l’ennemi et dont l’armée est en pleine déroute. Leur seule chance de s’en sortir est de faire appel à ce démon, Zalim, dont la spécialité est de décimer de l’humain, et en particulier, les ennemis de la couronne. Et de l’autre côté Jad, un soldat de l’armée ennemie qui ne demande rien d’autre que de se barrer de là et retourner au calme dans sa ferme. Le traitement des personnages est plutôt intéressant et l’auteure a tenté des choses nouvelles qui m’ont vraiment fait plaisir (Elyana n’est pas qu’une princesse frivolle, elle a du caractère, de la volonté et de la ressource, Kaïa sa soeur adoptive qui est noire mais qui ne fait pas figuration, et même le roi qui malgré le fait qu’il nous soit dépeint comme totalement à côté de la plaque, incompétent, arrogant etc, nous présente aussi des faiblesses et des facettes de lui terriblement humaines.)
J’ai noté aussi avec joie la présence d’un couple de lesbiennes qui était plutôt bienvenue.

L’intrigue : L’intrigue est le 2e point fort de l’histoire, surtout tout ce qui entoure le démon Zalim, et le fait que l’auteure ait réussi à garder le secret sur l’identité de son hôte tout au long du livre, ce qui a été un vrai plus.
Maintenant, la fin ne m’a pas surprise plus que ça mais j’attends de voir ce que nous réservera le prochain tome.

Le ton / le style : J’ai trouvé l’écriture de l’auteure (dont c’était le premier livre que je lisais) fort agréable et fluide. Ça se lit facilement, ça coule parfaitement, les dialogues sont bien écrits, les phases descriptions / actions sont bien dosées, bien équilibrées. Le ton n’est pas trop jeunesse, justement, ce qui m’a plu, et l’auteure n’hésite pas à aborder des thèmes un peu plus sombres (la guerre, la mort, la sexualité) avec simplicité et justesse sans jamais être simpliste ou infantilisante.

____________________________________________________________

On aime : Les personnages un peu plus modernes que ce que l’on aurait pensé au premier abord. Zalim, le Démon qui nous réserve pas mal de surprises et de suspense

On regrette : L’univers tout juste esquissé, les aspects steampunks décoratifs sans réelle importance dans l’histoire, le « Fjord Majeur » qui revient à tout bout de champ

Conclusion : Une lecture agréable et intéressante par certains aspects qui montre quand même quelques lacunes ici et là. Je pense que c’est une lecture qui conviendrait parfaitement à des adolescents ou adulescents, mais je pense que j’en attendais un peu plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s