book en stock·booktube·Chronique·Fantasy·Jeunesse·Lecture·Livre·Young Adult

LIVRE : Les Fiancés de l’Hiver de Christelle Dabos

fiances-de-lhiverTitre : La Passe Miroir, tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver
Auteur : Christelle Dabos (France)
Editions : Gallimard Jeunesse

Année : 2013
Nombre de pages : 519 pages
Genre : Fantasy jeunesse

Lu en Décembre 2016 – Janvier 2017

Ma note : ★★★★☆

Pitch de Livraddict : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon avis sur le livre :

Les Fiancés de l’Hiver est un ouvrage dont j’attendais la lecture depuis bien longtemps et dont j’avais entendu bien des éloges. Ma lecture a été vraiment plus qu’agréable, j’ai vraiment été sous le charme de cet univers totalement passionnant, unique, nouveau et fichtrement cinématographique. J’ai trouvé ce roman très visuel et il n’était pas difficile de s’imaginer très clairement les personnages, les différents paysages, les illusions magiques qui nous sont décrites avec brio.

Il n’empêche que je reste un peu sur ma faim en terminant cette lecture, surtout concernant l’intrigue. Je gars une impression de fouillis à l’issu de ce livre et je pense que je ne serai pas capable de résumer tout ce qu’il se passe comme événements dans les deux derniers tiers du livre.

Les personnages sont bien campés, attachants, intriguants, mais il m’a tout de même manquant un je ne sais quoi pour m’attacher complètement aux personnages principaux, même si elle a eu ses moments de bravoure et d’héroine où je l’ai vraiment appréciée.

Je garde néanmoins un excellent souvenir de cette lecture et j’espère que le tome 2 pourra remédier à cette impression de fouillis de ce premier tome et pourra développer encore plus cet univers qui mérite d’être connu

Maintenant, rentrons dans les détails, voulez-vous !

Lorsque Emilie de la chaîne Bulledop a lancé son projet de lecture commune autour de ce livre, j’ai sauté sur l’occasion. Il m’attendait dans ma bibliothèque depuis 2013 et je n’avais jamais trouvé l’occasion ni le temps de le lire jusqu’à maintenant. Et avec tout le bien que j’avais pu entendre ici et là, j’avais hâte de m’y mettre !

La lecture s’est faite fluide. J’ai trouvé que le style était guilleret, relevé, piqué d’humour ici et là, bref plus qu’agréable !

L’univers : Quel pied ! Le gros point positif du livre !
L’univers développé est d’une richesse incroyable, tellement cinématographique, visuel, original et prenant. On se laisse embarquer dans ce monde où la terre a éclaté en milliers de morceaux, où l’humanité est elle aussi dispersée, rassemblée en Arches aux fonctionnements différents selon où ils habitent. Les humains ont développé des pouvoirs individuels différents en fonction de l’Arche où ils habitent et de leurs environnements, les objets ont leur propre conscience et fonctionnement, les écharpes bougent toutes seules et peuvent être jalouses, rancunières, les maisons craquent quand elles sont mécontentes, les pages des livres peuvent se faire rafistoler du bout du doigt, etc.
Le roman baigne dans une ambiance un peu XIXe siècle au niveau des mondanités et du fonctionnement de la société et ça a été une bonne surprise.

Bref, un univers fin, extrêmement développé, qui foisonne de petits détails anodins mais dépaysants et originaux, amusant le lecteur curieux et espiègle.

Mais au delà du côté visuel, on nous décrit aussi un monde rude, vénéneux, qui ne fait pas de cadeaux et regorge de pièges mortels si l’on n’y prend pas garde. La Citacielle est un panier de crabes où tout le monde essaye d’assassiner ses ennemis, où l’on apprend en même temps qu’Ophélie que les gens ne sont pas ce qu’ils prétendent et qu’il faut se méfier des apparences.

Les personnages : Les personnages principaux, Ophélie et Thorn sont atypiques. Mis à part les fiançailles qui les lient, ils n’ont rien en commun. Ils ne s’aiment pas, ils se tolèrent mais apprennent à se connaître.

J’ai aimé Ophélie sans pour autant m’attacher à elle. Elle est effacée, un peu passive, presque sans caractère, on sent qu’elle aurait aimé être partout sauf là, mais on assiste à son développement au fur et à mesure du livre où elle découvre qu’elle doit avoir un peu de caractère pour sa propre survie. J’ai également aimé ce côté presque asexuée qu’elle a. Elle n’est pas définie par ses sentiments et sa faculté de tomber (ou non) amoureuse, ce qui est assez rafraichissant. C’est une héroine assez atypique en cela qu’elle est assez quelconque, elle n’a pas le profil de la rebelle, de l’amoureuse, de l’héroine habituelle. Elle m’a rappelée un peu les hobbits obligés de quitter la Comté pour partir contre leur gré à l’aventure.

Quant à Thorn, je n’arrive toujours pas à le cerner mais je pense que c’est une volonté de l’auteur. Néanmoins on sent que c’est un personnage qui a beaucoup de non-dits, de parts d’ombre et on espère que sa relation avec Ophélie s’éclaircira et s’apaisera. Malgré son côté froid et distant, on sent qu’il y a du potentiel pour en faire un personnage attachant, mais j’attends encore de voir ces indices. Peut être dans le tome 2 ?

J’ai également beaucoup apprécié les personnages secondaires, notamment Bénénilde et la Tante Roseline. Bérénilde qui, à l’instar de Thorn et des habitants de la Citacielle est une rose pleine d’épines, belle comme le jour mais qui a une facette inavouable et qui peut totalement se révéler dangereuse en même temps qu’une grande fragilité.
Ma plus grosse surprise était justement la tante Roseline, car j’ai pensé, à tort au début du récit qu’elle allait être l’archétype de la vieille fille acariâtre, qu’elle n’allait qu’être une antagoniste destinée à tenir tête à Ophélie et à lui mettre des bâtons dans les roues. Mais en fait non. Certes elle incarne le chaperon d’Ophélie, garante des bonnes moeurs de cette société corsetée presque Victorienne, mais j’ai aimé le fait qu’elle devienne en fait une alliée d’Ophélie, tout en gardant son rôle de gardienne. Ces deux femmes exilées se serrent les coudes, et c’est bien assez chouette pour le mentionner.

L’intrigue : C’est peut-être là que j’ai eu quelques réserves dans ce tome 1. Certes les premiers tomes sont toujours plus l’occasion d’installer un univers (très dense dans ce cas), les personnages, les enjeux etc. Mais j’ai trouvé cette intrigue très confuse. Dès le début du livre, je n’arrivais pas à savoir vers quoi allait nous mener le récit. Quel genre était-ce ? Qu’allais-je y trouver ? De l’aventure ? des intrigues de cour ? de l’espionnage ? de la romance ? Peut-être un mélange de tout ça ? Mais au final, il est assez inclassable et flou et cela peut à la fois plaire ou déstabiliser.

Je me suis rendu compte après avoir fini le livre que j‘étais incapable de relater tous les événements qui surviennent à partir du moment où Ophélie et sa Tante quittent Anima. Tout reste confus, même une semaine plus tard. Je me souviens de certaines grosses scènes mais tout se mélange et je n’arrive toujours pas à en tirer le fil rouge.

J’ose penser que c’est une faiblesse dûe au premier tome et que le tome 2, qui n’aura pas à présenter l’univers, pourra se recentrer autour des personnages et d’une intrigue plus claire, plus définie.

Le ton / le style : Le style est relevé, les phrases piquées d’humour, les descriptions bien dosées et j’ai adoré leur dimension visuelle qui donne vie aux mots. Les dialogues sont bien sentis, bref c’est une écriture absolument agréable à lire.

____________________________________________________________

On aime : L’univers dense et original, visuel et cinématographique. Les surprises que nous réservent certains personnages

On regrette : le fait que je n’ai pas réussi à accrocher à 100% aux personnages principaux. Je suis restée un peu dans l’expectative. L’aspect confus et fouilli final que me laisse ce livre, sans doute dû à l’intrigue.

Conclusion : Une bonne lecture mais je ne serai pas aussi dithyrambique que tous les avis que j’ai pu voir sur les blogs ou booktube. Ce n’est pas un coup de coeur, mais un bon livre, rafraichissant, étonnant mais qui n’est pas exempt de quelques faiblesses.

Publicités

2 réflexions au sujet de « LIVRE : Les Fiancés de l’Hiver de Christelle Dabos »

    1. Hello !
      Oui c’est le moins qu’on puisse dire ! Tout le modne était plutôt unanime sur ce livre, Du coup peut-être que j’en attendais trop mais ça n’a pas été le coup de foudre pour moi. Cela dit il est intéressant à plusieurs niveaux !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s