book en stock·Chronique·Fantasy·Livre·nouvelle

LIVRE : Orglin la Primitive de Jean-Marc Dopffer (nouvelle)

Titre : Orglin la Primitive (Nouvelle)
Auteur : Jean-Marc Dopffer (France)
Auto-édition

Année : 2016
Nombre de pages :  27 pages
Genre : Fantasy adulte, nouvelle

Lu en Mars 2017

Ma note : ★★★☆☆

Pitch du site officiel : De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’œil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Équilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos.
Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle… et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste.
Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.
Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ?

Mon avis sur la nouvelle :

Cette nouvelle n’est qu’un petit aperçu du cycle de Barcil, un petit bout de la lorgnette. Cette nouvelle a été agréable et rapide à lire et donne une plutôt bonne impression sur ce que peut promettre et proposer ce Cycle de Barcil. Néanmoins je reste un peu en réserve à propos de quelques détails qui m’ont sortie de ma lecture et que je décrirai ci-dessous.

Maintenant, rentrons dans les détails, voulez-vous !

J’ai été approchée par l’auteur qui m’a proposé de découvrir son univers à travers cette nouvelle. Je tiens encore à l’en remercier. Une nouvelle étant plus facile à caser entre deux romans, j’ai accepté pour voir ce que ça pouvait donner.

L’univers : Les royaumes sont en guerre et les peuples n’en peuvent plus. De la barbarie est née une petite fille, mi-elfe et mi-humaine qui va attiser les convoitises des hommes mais aussi du Dieu de la Guerre. La nouvelle en dit peu sur l’univers qui doit être bien plus développé dans le Cycle mais elle nous donne tout de même une esquisse, une première impression puisque c’est elle qui ouvre le bal. Le Dieu de la guerre et les Danseuses du Ciel m’ont beaucoup fait penser à Odin et les Valkyries.
Là où j’émets un doute tout personnel, c’est concernant l’histoire des Elfes et Humains : d’une part parce que personnellement je suis un peu fatiguée des schémas classiques Elfes/humains/nains, on peut proposer tellement avec la fantasy, que se cantonner à ce trio me parait dommage ; et puis je trouve que le fait qu’on sache que ce sont des elfes n’apporte rien à l’histoire, du moins dans cette nouvelle. Maintenant je ne veux pas présumer du cycle en lui-même. J’imagine que tout sera plus expliqué et trouvera une justification logique.

Les personnages : Orglin est une petite fille avec qui on s’identifie dès le début de la nouvelle. On sait peu de choses d’elle mis à part l’originalité de sa naissance et de ses parents, et aussi que le Dieu de la Guerre lui réserve une destinée toute particulière.

L’intrigue : L’intrigue est dynamique, prenante et on se retrouve facilement emportés avec Orglin et les Danseuses du Ciel.

Le ton / le style : Le style est fluide, ça se lit relativement bien avec un style un peu soutenu. C’est dynamique et haletant. Là où je suis un peu plus dubitative, c’est surtout au niveau des dialogues des personnages que j’ai trouvé un peu… off. Trop alambiqués, trop apprêtés, un peu lourds avec des tournures de phrases qui sonnent bizarres dans la bouche de ceux qui parlent. Ça m’a sortie de ma lecture et j’ai trouvé ça dommage.

____________________________________________________________

On aime : le personnage d’Orglin, les inspirations nordiques, le rythme de la nouvelle

On regrette : Les sempiternels elfes/nains/hommes mais après, ça c’est moi… la lourdeur de certains dialogues qui finissent pas sonner faux.

Conclusion : Une petite nouvelle qui passe bien malgré les petits défauts que j’ai pu y trouver et qui nous donne un petit avant-goût du Cycle de Barcil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s