book en stock·Chronique·Fantasy·Livre·Livre audio

LIVRE AUDIO – l’Assassin Royal tome 1 : l’Apprenti Assassin de Robin Hobb

Titre : L’apprenti Assassin (L’Assassin Royal – Tome 1)
Auteur : Robin Hobb (USA)
Livre Audio Audible

Narrateur : Sylvain Agaësse
Lien : Audible

Année : 1995
Nombre d’heures d’écoute : 17 heures 47
Genre : Fantasy

Relecture
Écouté en août 2017

Pitch (livraddict) : Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

Partenariat Audible

Mon avis sur mon écoute :

Je ne suis pas une habituée des livres audio mais il m’est arrivé d’en écouter de temps en temps. Mon travail me permet facilement d’écouter un livre pendant que je bosse, ce qui du coup me permet de lire un livre sans que je m’en rende compte. Ça m’aide à me concentrer et j’arrive à suivre le récit. Parfait.
L’écoute ici s’est révélée parfaite, le narrateur nous met bien dans l’ambiance, sa voix accompagne le récit avec fluidité, il est agréable à écouter, il y met le ton, fait les différentes voix, bref c’est vraiment agréable de suivre le livre.

J’ai retrouvé Fitz, les Six Duchés, Burrich, comme s’il n’y avait pas eu 15 ans entre la dernière fois où je l’ai lu et aujourd’hui. La plume de Robin Hobb est tout aussi fluide, soutenue sans être inutilement fleurie, bref ce furent de très belles retrouvailles !

Maintenant, rentrons dans les détails, voulez-vous !

Contexte de lecture : Il s’agit ici plutôt d’une relecture, même si ma 1ere visite aux Six Duchés remonte à 2001-2002, quand une formidable bibliothécaire m’a fait découvrir cette saga et cette autrice. J’étais tombée en amour avec cet univers, cette plume, au point où l’Assassin Royal est clairement le point de départ de la maturation de mon propre roman.

Autant j’avais adoré cette saga dans son ensemble, autant je ne cacherai pas que j’avais trouvé certains moments longuets. Mais globalement, elle a une place toute particulière dans mon cœur.

J’avais envie de lire la 2eme saga, « The Tawny Man » (Le Prophète Blanc) qui commence en France avec le Tome 7. Mais vous comprendrez bien aisément qu’après quasiment 15 ans, je voulais rafraîchir mes souvenirs pour repartir sur le bon pied. J’ai opté cette fois-ci pour le livre audio qui m’éviterait de passer les 6 prochains mois dans la relecture des livres papier. Audible (une branche d’Amazon) met à disposition la totalité (ou presque) des grandes sagas de Robin Hobb, j’ai donc profité de cette opportunité pour découvrir ce qu’Audible avait dans le ventre.

L’univers : Nous sommes ici dans un univers med-fan inventé mais où tout est dans la subtilité. Différentes magies existent, l’une est mise en exergue, c’est la Magie des Rois, l’Art, une sorte de pouvoir de persuasion à distance qui demande beaucoup d’efforts de la part de l’Artiseur. De l’autre, le Vif, qui permet à un humain de se lier avec un animal, à les comprendre mais qui est vu comme honteux, caché car l’on considère que l’humain qui s’adonne au Vif rejette une partie de son humanité et devient plus une bête qu’un homme.

La famille des Loinvoyant règne sur les Six-Duchés. Tous les nobles de ce royaume affichent un nom sensé modeler et inspirer son récipiendaire. On retrouve donc le Roi Subtil, ses fils Chevalerie, Vérité, Royal et d’autres personnages comme la Reine Patience et j’en passe.
Le Royaume est attaqué par des Pirates Rouges qui harcèlent les Duchés côtiers, tandis que les autres Duchés intérieurs rechignent à payer les taxes pour soutenir une guerre qui ne les touchent pas directement. Là dessus, les Pirates, en plus de saccager toute la côte et les îles, laissent derrière eux des habitants quasiment zombifiés, dont l’étincelle de vie a complètement disparu. Ils restent des coquilles vides, sans âme, sans but, pire que des animaux.

L’univers fourmille de détails dans tous les recoins, détails qui l’ancrent dans une réalité presque palpable et réaliste. On est loin des mondes éthérés et brumeux que l’on peut trouver ça et là dans la Fantasy habituelle. Il est riche, il est crédible.

Les personnages : L’Assassin Royal est un récit à la 1ere personne, nous sommes dans la tête de Fitz-Chevalerie, le bâtard officiel du Prince Chevalerie, Prince Régnant, destiné à remplacer un jour son père le Roi Subtil. L’arrivée du jeune garçon à 6 ans à la porte de Castelcerf provoque l’abdication du prince régnant qui décide de se retirer au profit de son frère le Prince Vérité qui n’était pas destiné au pouvoir. Fitz est pris en charge par l’homme-lige de Chevalerie, Burrich, un homme dur mais juste qui s’occupait jusqu’alors des chiens et faucons du prince, en plus d’être son plus proche confident. On va évidemment faire la connaissance de Royal, le dernier Prince qui voit l’arrivée de Fitz d’un très mauvais œil car il met en péril sa place dans la succession au trône. Il va n’avoir de cesse de mettre des bâtons dans les roues du jeune garçon auquel il manifeste son inimitié à tous les instants. Et n’oublions surtout pas le Fou, ce personnage énigmatique, bouffon du roi qui est évidemment plus qu’il n’y parait mais dont tout l’être baigne dans le mystère le plus total.

La galerie de portraits est vaste et les personnages sont tous plutôt attachants. On a de la compassion pour Vérité qui tente de faire de son mieux dans sa charge trop grande pour lui, pour Fitz qui tente de se faire une place et juste… avoir une vie, de l’admiration pour Kettricken, la future épouse de Vérité qui est une femme de pouvoir, forte, entière, inquiète du bien-être de son peuple, de la tristesse et de la compréhension pour Patience, cette reine qui n’a jamais réussi à donner un fils à Chevalerie et qui voit Fitz comme l’enfant qu’elle n’a jamais pu offrir à son mari qu’elle aimait, du mystère entourant le fou dont on subodore qu’il est plus qu’il en a l’air…

L’intrigue : L’intrigue n’est pas forcément celle que l’on peut attendre d’une fantasy classique, avec ses schémas et ses constructions en 3 actes, ou 7 ou 12… Ici, on a l’impression plutôt de suivre une suite d’événements dans la vie de Fitz, narré par lui, sur ce qu’a été son enfance et adolescence. Sa difficulté à trouver sa place dans le Palais de Castelcerf à cause de son hérédité qui le met dans une position précaire et qui cause des événements dont il n’est pas responsable mais dont il se sent coupable (l’abdication de son père par exemple)

Cette suite d’événements peut dérouter le lecteur car on peut avoir l’impression qu’il ne se passe pas grand chose finalement. C’est vrai, et en même temps c’est ce qui m’a plu aussi dans ce livre, se laisser voguer par les flots dans la vie de cet adolescent. Evidemment son existence est jonchée d’épreuves, de difficultés, de complots à déjouer, mais la structure que l’on retrouve dans ce livre est – j’ai l’impression – loin des schémas habituels de la fantasy : situation initiale – élément perturbateur – résolution.

Le ton / le style : La plume de Robin Hobb est l’une des plus grandes forces de ce livre. Travaillée sans être « purple » ou trop fleurie, elle ne nuit pas à la lecture et accompagne les personnages et l’histoire sans passer devant et les reléguer à l’arrière.

La qualité de l’écoute : La voix du narrateur colle tout à fait au style, il y met le ton, fait les différentes voix du personnage, narre l’histoire comme un conteur. Il n’y a pas de son ou musique d’ambiance mais ce n’est pas plus mal, on se concentre sur le texte.

____________________________________________________________

On aime : L’univers riche et pourtant proche de nous, palpable, crédible dans ses détails et original. Fitz qui est attachant (pour le moment). L’écoute de ce livre audio qui s’est fait agréable.

On regrette : Peut être l’impression de quelques longueurs ici et là mais ça ne m’a pas gênée personnellement.

Conclusion : Une chouette relecture et une nouvelle expérience. Une belle manière de découvrir ou re-découvrir les Six Duchés de Robin Hobb.

 

note : ♥♥♥♥♥

Publicités

2 réflexions au sujet de « LIVRE AUDIO – l’Assassin Royal tome 1 : l’Apprenti Assassin de Robin Hobb »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.