book en stock·Chronique·Fantasy·Livre

LIVRE – La Fée, la Pie et le Printemps de Elisabeth Ebory (SP)

Titre : La Fée, la Pie et le Printemps
Auteur : Elisabeth Ebory
Editions : Actusf

Année : 2017
Nombre de pages : 400 pages
Genre : Fantasy

Lu en Septembre – Novembre 2017

Pitch (livraddict) : En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…

Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.

Des personnages empreints d’une légèreté désespérée, une aventure aussi féerique que profondément humaine. Élisabeth Ebory renoue avec le merveilleux des anciens récits, sans nier leur part d’obscurité.

Service Presse

Mon avis sur ma lecture :

Pour être honnête je sors de cette lecture assez dubitative. Autant sur le papier, le pitch et le concept m’intéressaient beaucoup, autant la lecture en elle-même s’est révélée difficile. Au final, j’en garde un souvenir monotone.

Je n’ai pas accroché aux deux personnages principales (ou en tout cas je me suis plus attachée à Philomène qu’à Rêvage qui m’a laissée de marbre). Mais ce qui m’a le plus ennuyée est cette narration au présent qui me parait pas forcément adéquat pour ce genre de récit et qui m’a personnellement empêchée de rentrer pleinement dedans. Et je rajouterai aussi des longueurs dans le premier tiers du livre, pour lequel je serais incapable de résumer les péripéties tant j’ai eu l’impression (fausse ?) qu’il ne se passait pas grand chose.

Néanmoins, je veux tout de même saluer le goût du dialogue de l’autrice (ce qui marche toujours avec moi), et l’univers des fées / Angleterre du XIXe siècle qui aurait pu encore mieux fonctionner si j’avais pu le sentir un peu plus au bout des doigts, il était trop intangible pour moi.

Bref, en pesant le pour et le contre, ça a plutôt été une déception pour moi et j’ai fini par l’abandonner, arrivée à la moitié .

Maintenant, rentrons dans les détails, voulez-vous !

Contexte de lecture : J’ai été approchée par ActuSF qui m’a gentiment proposé quelques nouveautés de chez eux parmi leur catalogue. Ravie de cette opportunité de découvrir leurs ouvrages (je crois en effet n’avoir encore jamais lu un livre de chez eux), j’ai demandé à recevoir ce livre dont le pitch m’intéressait plutôt pas mal. J’ai reçu ce livre en numérique, ce qui me permettait de le commencer pendant mon voyage à New York.
Néanmoins, au fur et à mesure de ma découverte, la lecture s’est faite de plus en plus difficile. J’ai fait traîner cette lecture pendant près de 3 mois alors qu’il aurait pu prendre moins de temps. Vous savez, ces moments où vous baissez les yeux vers votre liseuse et vous n’avez pas envie de la prendre parce que vous savez que vous n’allez pas être emballée par ce que vous lisez…

L’univers : Nous sommes ici dans l’Angleterre du XIXe siècle, dans notre univers où les Fées existent mais dont le monde a été mise sous clé, loin de celui des hommes. Les humains ne sont pas au courant qu’elles existent et celles qui arpentent la terre des hommes gardent profil bas. Il existe des passerelles pour y parvenir mais elles sont cachées et oubliées. J’ai trouvé que les lieux, les décors n’étaient pas vraiment décrits, à peine tangibles. Nous savons que nous sommes à Londres mais peu d’indices ou de noms de rues nous implantent concrètement les lieux en tête. Nous sommes plutôt dans des endroits génériques : la forêt, une taverne, une rue, sans plus de détails à part ceux utiles aux personnages dans leurs actions. Cela donne ainsi plus l’impression d’un décor de théâtre, à peine esquissé mais juste ce qu’il faut pour donner une idée des lieux qui entourent les personnages.  J’avoue que ça m’a gênée un peu. J‘aurai aimé un univers un peu plus décrit, et pas une simple esquisse. Il y a matière à peindre un univers encore plus féérique et bariolé que ça.

Les personnages : Le récit se partage entre deux protagonistes, fées toutes les deux : Rêvage, une Fée rebelle qui cherche à mettre sur le trône un Changeling (un enfant des fées échangé à la naissance avec un enfant d’homme) et ainsi changer le cours de l’histoire, et puis Philomène, une Fée un peu dilettante, voleuse à ses heures perdues et qui, au début du récit, rejoint sur les routes anglaises un groupe hétéroclite qui tire plus vers les vagabonds – brigands de grand chemin que d’honnêtes hommes. Les deux femmes ont l’air d’avoir des personnalités assez différentes, Rêvage est plus explosive et impulsive, Philomène plus réfléchie et observatrice. Autant j’ai accroché à Philomène, autant Rêvage m’a laissée… meh. Je l’ai trouvé en vérité plus antipathique que sympathique mais j’étais assez curieuse de voir comment leur rencontre allait se dérouler.

Les personnages secondaires ne m’ont malheureusement pas laissé un grand souvenir, mis à part un choix surprenant pour leurs noms respectifs. J’ai par contre bien aimé Clem au fur et à mesure de ma lecture et sa relation avec Philomène.

L’intrigue : L’histoire est séparée dans le premier tiers en deux parties. Nous suivons Philomène d’un côté et Rêvage de l’autre, et nous alternons les chapitres en passant du point de vue de l’une au point de vue de l’autre. Elles ne se connaissent pas et chacune à ses propres ambitions et objectifs. Mais l’on se rend compte après quelques temps que leurs chemins respectifs se rejoignent. L’intrigue et le choix du découpage sont intéressants et assez nouveau pour moi dans un roman de fantasy (même si c’est un schéma qu’on voit plus volontiers dans un polar)
J’espérais que les choses s’améliorent lorsque les deux branches du récit allaient se rejoindre, mais non. J’ai continué à éprouver ce sentiment d’ennui. J’ai décidé de laisser tomber pour passer à un autre ouvrage.

Le ton / le style : Le découpage en deux points de vues successifs (Philomène et Rêvage) était plutôt bien vu. Cela donne du rythme et une voix respective (les parties de Rêvage sont à la 3e personne et celles de Philomène, à la 1ere personne). Bref, l’opportunité de présenter les deux personnages. Et je voudrais aussi saluer le sens des dialogues de l’autrice qui étaient plutôt réussis et dynamiques.

Le gros point négatif pour moi pendant cette lecture a été l’utilisation du présent de l’indicatif pour la narration. J’ai trouvé cela complètement contre-productif et m’a tirée hors du récit tout du long. Ça ne m’a pas du tout aidé à trouver ça plus dynamique et « dans l’instant », bien au contraire. J’ai passé mon temps à me demander pourquoi l’autrice avait fait ce choix qui moi, ce qui m’a gâché ma lecture.

____________________________________________________________

On aime : Le personnage de Philomène que j’ai trouvé bien cool. Les dialogues bien écrits et agréables à suivre. La très jolie couverture

On regrette : L’univers qui aurait pu être un peu plus approfondi pour donner plus de couleurs au récit. L’utilisation du présent de l’indicatif que je n’ai pas trouvé approprié à ce type de récit et qui m’a tirée de ma lecture. L’intrigue aurait pu être plus haute en couleurs, avec plus de rebondissements. Au final, tout m’a paru très monotone et ennuyeux.

Conclusion : Un roman qui n’a pas été à la hauteur de mes attentes mais qui avait le potentiel pour être bien plus. Dommage mais moi je suis passée à côté.

Pas de note : Abandonné

Publicités

2 réflexions au sujet de « LIVRE – La Fée, la Pie et le Printemps de Elisabeth Ebory (SP) »

  1. Pareil, j’ai trouvé que c’était sur de s’intégrer à l’histoire, on n’explique pas tout, on ne comprend pas tout. C’est dommage, surtout que cette couverture laisser présager une lecture superbe.
    Il manque un petit quelque chose.

    J'aime

    1. Coucou !
      Oui, je me suis sentie complètement à l’extérieur de l’histoire, des personnages, j’aurais aimé être un peu plus inclus, qu’on m’explique un peu plus l’univers qui partait pourtant avec de bonnes idées…
      Moi aussi j’avais craqué pour la couverture, et le pitch également. Mais ma lecture n’était pas à la hauteur, malheureusement.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.