Chronique·Livre·Livre audio·partenariat·policier·Thriller

LIVRE AUDIO – Le Rasoir d’Ockham de Henri Loevenbrück

Titre : Le Rasoir d’Ockham
Auteur : Henri Loevenbrück (France)

Livre Audio Audible

Narrateur : François Montagut
Lien : Audible

Année : 2017
Nombre d’heures d’écoute : 15 heures 54
Genre : Thriller / Policier / Ésotérique

Écouté en Janvier 2018

Pitch (livraddict) : Des meurtres en série. Une secte sanguinaire surgie du passé. Six pages mystérieusement disparues d’un célèbre manuscrit du XIIIe siècle. Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente affaire de sa carrière. Dans l’ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour redécouvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt. Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu’ils ne mettent en place leur sinistre dessein ?

Partenariat Audible

En toute honnêteté, cette lecture m’a laissée mi-figue mi-raisin. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de thriller écrit par Henri Loevenbrück et c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé sa plume et sa verve. Mais malheureusement, la rencontre ne s’est pas faite totalement. Autant j’ai vraiment apprécié l’intrigue qui tourne autour des Compagnons du devoir, avec beaucoup de morts, de mystères, beaucoup de recherches, des rebondissements, autant je suis complètement passée à côté des personnages. Je n’ai pas du tout adhéré à Ari Mackenzi, ce qui m’embête pour lire la suite de ses aventures dans les romans suivants d’Henri Loevenbrück, mais les autres personnages non plus. Je me tâte encore pour lire la suite. On verra bien. 

Contexte de lecture : J’avais commencé ce livre à sa sortie, il y a quasiment 10 ans, et je l’avais laissé tomber à l’époque parce que je trouvais que les « tropes » du thriller étaient trop visibles : l’appartement saccagé, les silhouettes habillées de noir, la grosse cylindrée qui démarre en faisant crisser les pneus… J’avais l’impression de voir des ficelles un peu trop grosses. Il m’aura fallu quasiment 10 ans pour que j’y replonge le nez, ou plutôt les oreilles cette fois-ci puisque c’est en livre audio que j’ai lu ce livre.

L’univers : Le roman se déroule dans notre monde contemporain, en France plus précisément. Nous suivons un ancien inspecteur spécialiste des sectes et des mouvements sectaires sur qui tombe une série de meurtres étranges dont le premier mort n’est autre qu’un très proche ami de son père, qui a été quasiment un père de substitution pour lui.
L’univers est familier, Paris, le monde policier, les petites rues parisiennes.
L’auteur développe également un thème qui lui est cher (compte tenu qu’il est l’un des thèmes prépondérants de Gallica, sa trilogie de fantasy), il s’agit des Compagnons du Devoir. Cette organisation dont les origines remontent au Moyen-Âge et qui forme les apprentis aux métiers manuels de la construction, des arts etc. J’avais peur que l’on tombe au début sur un énième roman sur les Francs-Maçons (qui était en fait une fausse piste du roman) et j’ai été ravie que cela tourne plutôt autour des Compagnons.

Les personnages : Le Rasoir d’Ockham est le premier roman mettant en scène Ari Mackenzi, l’inspecteur héros récurrent des romans de Henri Loevenbrück. On le retrouve également dans les Cathédrales du Vide et Le Mystère Fulcanelli. Le hic pour moi, c’est que je n’ai pas du tout accroché à ce personnage. Arrogant parfois, paumé dans sa vie personnelle, têtu et frisant l’insubordination, je n’ai pas trouvé de prise d’accroche avec ce personnage. Il a pourtant des références musicales qui me parlent, il lui arrive pleins de péripéties qui auraient du me faire avoir de l’inquiétude, de l’empathie pour lui, mais ça a été plutôt le contraire. J’oscillais plutôt entre indifférence et énervement.
Les autres personnages du livre ne m’ont pas plus interpellée que ça non plus, à divers degrés. Pour certains, on avait du mal à savoir s’ils étaient alliés ou antagonistes (ce qui est plutôt chouette), Pour Lola, la petite amie de Ari, ça n’a pas pris non plus malheureusement. Malgré leurs déboires amoureux, je n’ai pas réussi à sentir autre chose chez elle que l’étiquette « love interest du héros » avec la mention « c’est compliqué ». Dommage.

L’intrigue : C’est sans aucun doute pour moi le gros point fort de ce livre. L’intrigue est palpitante, mystérieuse, on passe d’énigmes en énigmes ou chaque réponse apportée amène son lot de nouvelles questions. J’ai vraiment beaucoup aimé cette partie. Même si les grosses ficelles du début dont je parlais plus haut étaient bel et bien là, elles m’ont moins gênée qu’à ma première lecture.

Le ton / le style : J’ai retrouvé là la plume fluide et rythmée d’Henri Loevenbrück, parfaite pour ce genre de thriller.

La Qualité de l’écoute : C’est un autre point en demi-teinte de cette lecture. Le narrateur n’a pas été à la hauteur malheureusement. Autant son ton pour le récit était bien adapté, autant pour les dialogues, je n’arrivais pas à faire la différence entre les personnages.
En plus de cela, il y avait dans certaines parties du livre des coordonnées, codes faits de chiffres et lettres répétées à plusieurs moments qui, à l’oral ne passent pas vraiment bien pour se rendre compte de ce qu’ils représentent. Je pense qu’à ce niveau-là, les avoir visuellement sous les yeux auraient été un plus.

 

 

On aime : L’intrigue plapitante, les mystères qui s’enchainent, les thèmes et milieux abordés (les compagnons du devoir, d’obscurs anciens documents des Compagnons, des loges secrètes proches des nazis), la plume familière de l’auteur qui fait plaisir à redécouvrir.

On regrette : le manque d’attachement aux personnages, certains aspects de l’écoute audio (les personnages indifférenciables pendant les dialogues, les codes énigmatiques qui à l’oral sont incompréhensibles)

Conclusion : Une lecture en demi-teinte pour moi. Autant l’intrigue était prenante, autant je me suis désintéressée des personnages. Je ne sais pas si je lirai la suite. Peut-être plus tard quand le souvenir de ce livre se sera estompé, ou en lecture d’été ? En tout cas, dommage, la rencontre ne s’est pas faite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.