book en stock·Chronique·Fantasy·Lecture·Livre·Western

LIVRE : La Captive des Hommes de Bronze de Valérie Simon

Titre : La Captive des Hommes de Bronze
Saga : Mystéria
Auteur : Valérie Simon (France)
Editions : Éditions L’Archipel

Année : 2016
Nombre de pages : 373 pages
Genre : Fantasy / Western

Lu en Septembre à Novembre 2019

Pitch (livraddict) : Sur la planète sauvage de Mysteria, Jim, 10 ans, et Jessica sont les seuls survivants du massacre qui a vu périr leurs parents, des pionniers à la tête d’une ferme, et leur petit frère. Ils sont kidnappés par leurs agresseurs, de mystérieux primitifs à la peau couleur de bronze, les De-Shirs. Alors qu’ils sont emmenés vers les lointaines montagnes du Sardan, Jim s’échappe mais est contraint d’abandonner sa petite sœur, âgée de 3 ans.
Des années plus tard, devenu médecin sur Terre, persuadé que Jessica est encore en vie, il retourne sur Mysteria pour tenter de la retrouver. A peine arrivé sur la planète, on l’accuse de meurtre. Il est emprisonné et livré à un geôlier sadique.
Mysteria est un monde de prédateurs aux pouvoirs étranges, où les plantes douées d’intelligence sont carnivores et où les tempêtes ravagent tout. La colonie d’humains qui y vit – des repris de justice – n’obéit à aucune règle ; la violence y est reine. Le chemin menant jusqu’à Jessica risque d’être semé d’embûches…

Voici un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire mais qui m’a donné beaucoup de frustration, car on le finit en comprenant bien qu’il s’agit d’un premier tome et qu’il doit y avoir une suite mais qu’elle n’est pas disponible, du moins pour le moment ! C’est un chouette roman de SF mâtiné de western – ou l’inverse – et j’ai retrouvé avec plaisir la plume et le phrasé de Valérie Simon dont je n’avais rien lu depuis la Reine des Esprits. Le monde inventé est complètement fou, cette planète où tout est hostile, faune, flore, et peuples autochtones face à des colons invasifs mais qui fuient un monde mourant bouffé par la pollution. J’aurai peut-être aimé avoir le point de vue des opprimés (les De-Shirs qui se font envahir par les terriens) plutôt qu’avoir uniquement le point de vue des colons mais j’ose espérer qu’on verra ça plutôt dans le tome 2 avec la sœur de Jim.

 

Contexte de lecture : Valérie Simon est une autrice que je suis depuis la fin des années 90 et avec qui j’ai une relation assez particulière, je vous renvoie pour ça à mes chroniques de Arkem et de la Reine des Esprits. J’avais discuté avec Valérie pendant qu’elle écrit ce roman à l’époque où il n’était encore qu’un projet secret et elle m’avait partagé le pied immense qu’elle avait a créer toute la faune et la flore de la planète Mysteria. Un peu plus tard, lorsque le livre est sorti, j’ai eu le plaisir de le recevoir dédicacé, et pour cela, merci encore aux Éditions de l’Archipel et à Valérie !

 

L’univers : Nous voilà dans le futur, sur une Terre polluée ou invivable, où la population en surnombre est incitée à abandonner leur foyer et partir s’installer dans des planètes récemment découvertes, décrites comme un nouvel Eldorado, s’y installer pour créer une nouvelle vie et s’épanouir loin d’un monde presque mort. L’incitation est assez biaisée, la population envoyée au loin, pauvre, manipulée, alléchée par des promesses de lendemains qui chantent, se retrouvent confronté à un monde hostile où il est bien plus difficile de vivre que ce qui était prévu. Et impossible de faire marche arrière.
Mysteria est sauvage, dangereuse, elle ne fait pas de cadeau à ces nouveaux arrivants car tout ici cache un piège mortel. De la faune (inspirée pour la majorité des reptiles) à la flore, tout est menaçant, carnivore et laisse peu de chance à celui qui ne prend pas ses précautions. Mais ce ne sont pas les seules menaces auxquelles les colons doivent faire face. Car Mysteria est également peuplée par une espèce humanoïde et intelligente, les De-Shirs, que l’on pourrait totalement identifier comme des Natifs américains si l’on était dans un western traditionnel. Cette population lutte contre l’occupant, invasif et opprimant et n’hésite pas à utiliser la manière forte pour déloger ces intrus et se venger de leurs crimes. Mais les colons sont malheureusement trop nombreux face à des De-Shirs impuissants devant la menace.

Comme vous l’avez sans doute senti, nous sommes certes dans de la science-fiction, mais nous sommes aussi dans un western avec tous ses codes. Des colons qui cherchent une vie meilleure, une nature belle mais hostile, des autochtones qui défendent leurs terres, on pourrait totalement déplacer l’intrigue dans les plaines du Far-West, on ne serait pas du tout dépaysé.

Les personnages : Nous suivons Jim, que nous découvrons enfant au début du roman et en compagnie de sa petite sœur Jessica, enfants nés sur Mysteria mais de parents venus de la Terre pour commencer une nouvelle vie et élevant des chevaux au milieu de nulle part, face aux menaces qui rodent aux alentours. Un drame va les séparer, Jessica est portée disparue tandis que Jim est renvoyé sur Terre où il va grandir jusqu’à devenir un adulte traumatisé mais qui a continué sa vie malgré tout. Toutefois, on voit que c’est un homme brisé, qui souffre de PTSD, qui a laissé une partie de lui sur Mysteria. C’est un jeune homme cassé, qui vit dans le passé et dans le souvenir de ce qu’il a perdu, mais qui va revivre en partant à la recherche de sa jeune sœur dont on aurait retrouvé la trace sur Mysteria.
Jessica quant à elle n’est qu’une ombre pour le moment que Jim poursuit, elle ne vit que par et dans les souvenirs de Jim, cet espoir qu’il poursuit pour fuir toutes ses obligations sur Terre.
Nous rencontrons un autre personnage important, un jeune guide et pisteur qui va aider Jim à se lancer dans la poursuite de Jessica et l’aider à rester en vie dans le bush où tout essaye de le bouffer. Duncan Chulainn a la gouaille d’un Han Solo, son arrogance aussi mais ses connaissances se révèleront bien utiles dans la mission.
Les De-Shirs ne nous sont présentés malheureusement uniquement comme une population hostile, voire sanguinaire (ils massacrent à tout va et sont décrits comme des « sauvages » du point de vue des Terriens) car nous n’avons que le point de vue des colonisateurs. On fait aisément le parallèle avec les populations des Natifs Américains qui ont subi le génocide et les exactions de la part des colons européens. Dommage qu’on n’ait pas un deuxième son de cloche, en espérant que cela fasse l’objet du 2nd tome, avec tous les espoirs et les réserves concernant leur traitement, en espérant qu’ils ne soient pas traités comme les Indiens dans les Westerns traditionnels.

 

L’intrigue : L’intrigue est assez classique, nous sommes à la recherche d’une personne disparue, et d’une quête initiatique d’un jeune héros cassé qui va tenter de se retrouver lui-même, de trouver un but dans sa vie en même temps que sa sœur. Comme je disais c’est assez simple mais ça marche parfaitement dans ce monde âpre, dur et où l’humanité cache le pire comme le meilleur.

 

Le ton / le style : Le roman est un roman d’aventure, et la plume colle totalement au genre. Loin de l’écriture poétique de Arkem, on est dans l’action, dans le concret, mais aussi dans les descriptions d’une nature hors du commun qui cache autant de beauté que de pièges mortels. Un plaisir à lire !

 

 

On aime : Ce mélange de SF et de Western (que je retrouve d’une façon différente dans la série the Mandalorian), la plume de Valérie Simon,

On regrette : Ne pas avoir le tome 2 tout de suite sous la main pour continuer l’aventure, avoir uniquement le point de vue des colons blancs, face aux De-shirs que l’on fait passer pour de grands sanguinaires mais qui ne font que défendre leur existence et leurs terres (et quand on fait le parallèle avec les Natifs Américains, ça laisse présager de bien mauvaises choses)

Conclusion : Un roman d’aventure, de SF et de western qui emporte le lecteur mais qui laisse frustré car en attente d’une suite. À voir comment la suite sera gérée, surtout par rapport au De-Shirs, en espérant qu’ils ne soient pas traités avec le syndrome des « Peaux-Rouges » et la façon dont ils ont été dépeints dans les westerns avec un point de vue européen et blanc.

2 réflexions au sujet de « LIVRE : La Captive des Hommes de Bronze de Valérie Simon »

  1. Ah, ce livre attend dans ma PAL depuis quelques années maintenant, car j’attendais tout simplement que le tome 2 soit au moins annoncé avant de l’en sortir. J’ai bien peur que ça n’arrive jamais… Et pourtant, ta chronique me donne très envie de le découvrir ! 🙂

    J'aime

    1. J’avoue que je comprends totalement ! Après, rien n’est impossible ! Après la disparition des éditions du Riez, j’avais peu d’espoir de lire la suite de Coup d’Etat, mais vu que ça a été repris par Mnémos. Je vais demander à Valérie si c’est prévu ou non !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.